Partagez|

Le Salon International de la Matrice (x) (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mer 17 Mai - 20:55
Le préservatif la dérangeait pour se frotter à ma queue, du coup, elle décida de la rentrer en elle. Mais on voyait bien qu’elle n’avait pas l’habitude et je l’aidai à la rentrer. Ce fut une excellente sensation, son sexe était très étroit, mais excitée comme elle était, j’arrivais à la pénétrer sans lui faire mal et tout en ressentant un maximum de sensation. Elle se pencha sur moi alors qu’elle se déhanché pour m’embrasser longuement. Nos langues étaient en pleine accouplement aussi. Elle lâcha dans ma bouche des gémissements de plus en plus forts, mais je sentais aussi qu’elle fatiguée. Je me mis alors assis et la porta légèrement pour l’aider à faire ces mouvements. Pendant ce temps, ma bouche se porta à nouveau sur sa poitrine, que je léchai avec grand plaisir. Puis, à nouveau nos lèvres et nos langues s’échangèrent. Elle lâcha une larme et sur le moment je ralentissais. Mais elle m’expliqua que je lui faisais beaucoup de bien et que ces gouttes venaient de là.

Je lui proposais alors de changer de position et elle se coucha à nouveau sur le dos. Je guidais ma queue directement dans son sexe et commença mes va et viens. Mais cette position n’était pas des plus excitantes pour Mélinda. Je pris alors ces jambes et les plaça une de chaque côté de mon cou. Puis, prenant appui sur mes bras, je la pénétrai avec plus de force. Là, l’effet fut plaisant pour elle car elle ne put pas retenir un cri. A chaque coup de rein que je lui donnais, elle poussait un cri, que je voyais qu’elle voulait retenir, mais elle n’y arrivait pas. J’allais de plus en plus vite, accélérant le rythme, mais quand je senti que moi je n’allais plus tenir longtemps, je sorti d’elle. Sur le coup, elle rouspéta, me demandant de continuer. Mais en réponse, elle eut ma main qui pris le relais alors que ma bouche alla trouver la sienne. Je lui murmurais au passage à l’oreille.

« Je ne veux pas que ça se termine maintenant. »

Elle était chaude, bouillante, pleine d’envie et gémissait sans pouvoir se retenir. J’enlevais alors ma main et lui proposa une levrette. Sur le moment elle me regarda, puis se mis en position, sa tête dans un coussin, se cambrant comme elle pouvait. J’écartais légèrement ces cuisses pour mieux pouvoir la pénétrer et rentra délicatement ma queue en elle. Elle devait être sur le fil de jouir, car juste la pénétrer, suffit à lui faire lâcher un cri. Qu’elle ne fut pas surprise, quand je commençais mes va et viens en elle dans cette position. Ma force, fit trembler le lit à chaque coup et même les coussins ne pouvaient retenir ces cris. Ce coup-ci je voulais aller jusqu’au bout. Et j’augmenter ma vitesse au fur et à mesure, ces jambes ne tenaient plus, son corps entier tremblait et elle cria si fort, qu’il était impossible que l’étage ne l’ai pas entendu. Du coup, ayant voulu faire un peu redescendre plus tôt pour ne pas jouir trop vite, me voilà avec mon amoureuse qui n’en pouvait plus et moi qui pouvait encore continuer. J’avais encore envie de continuer. Je me couchais à côté d’elle et commença à l’embrasser fougueusement. Je pris sa main et la posa sur ma queue pour lui faire comprendre que j’étais encore en forme. Elle avait l’air mi-surprise, mi-excitée de cette situation.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Jeu 18 Mai - 13:52
Quand il avait envie, il savait se faire comprendre.

- Tu me laisse deux minutes et un verre d’eau. Et je suis à toi. Dis-je essoufflée


A croire que mon désir, mes envies avaient été enfermée quelques parts au fil des années et qu’il avait ouvert la boite.  

Il était partir cherche de l’eau dans le mini bar de salon. J’entendis une porte s’ouvrir dans l’eau pièce.

- Ca va, Pa ? Dit une voix

Je compris qu’on avait quand même réussit à déranger Ionisa. Je ne pouvais pas tout entendre mais je supposais qu’à voir son père nu ainsi, elle n’avait pas besoin d’une photo pour comprendre. J’étais amusée et heureuse que ce n’était pas en pleine action.

Il revient avec une bouteille d’eau qu’il me présenta.

- Merci… Un souci avec ta fille. Dis-je très amusée.

- Tu aurais dû lui dire que c’était une secousse sismique, c’est très courant au Japon. Dis-je en riant


Elle douterait bien qu’un tremblement de terre ne pouvait déshabiller son père. Elle ne devait certainement pas être si naïve.

Je bus mon eau que je partageai

- On m’a jamais fait l’amour comme ça… excuse-moi d’avoir été surprise, mais le peu d’expérience que j’ai, cela a toujours été l’homme qui jouissait avant moi. Dis-je

Je l’enlaçai pour lui dire bien des choses

- Je voudrais que tout cela ne se termine jamais. Dis-je en caressant son dos. Je voudrais qu’on profite de chaque seconde pour être au plus proche l’un de l’autre.

Il m’embrassa dans le cou. J’étais plus que sincère dans ce que je disais, dans quelques jours il y aurait des 1000 de km qui nous séparaient, on pourrait toujours discuter, se voir mais le toucher, ne sera plus là. Si sa fille n'avait pas été là, j'aurais bien passé la semaine au lit avec lui.

J’étais assez reposée pour refaire un tour. Monsieur était déjà en train d’y travailler en me caressant et m’embrassant. Je voulais le chauffer pour que son plaisir soit complet. Je lui murmurai donc dans des gémissements.

- On devrait… profiter de ta…venue… pour faire des choses… plus que coquine… Tu sais au Japon, il y a…. de nombreux… beaucoup… de sexshop… Et je crois… que je dois… avoir encore … quelques lingeries … appétissantes…. Tu aimes les corsets… il me semble… En dentelle ? Demandais-je


Je voyais ces yeux pétilles. Je compris très vite que les images se bousculait dans sa tête, qu’il en oubliait ce qu’il fallait et me pénétra, je lâchai un bruit de stupeur.

- Je vois… que je t’ai ouvert l’ap… eh… motiver.

Il était plus sauvage, j’essayais de réprimer mes cris.

- Je suis à toi, fait ce que tu veux de moi….


Mon corps vibrait, je voulais qu’il ait son plaisir car je sentais que j’allais encore jouir. Je désirais qu’on soit en osmose. Je trouve que c’est vraiment la plus belle des choses.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Sam 20 Mai - 19:52
Bien entendu, une petite pause était une bonne idée avant de reprendre. Elle me demanda de l’eau et je partis dans le salon lui en chercher. Alors que je traversais nu la pièce, Ionisa poussa un cri derrière moi. Sur le moment, j’attrapai le premier truc que j’avais sous la main pour me couvrir mes parties génitales.

« Putain papa, qu’est que tu fous ? »

« Chut, ne crie pas, Mélinda est là. »

« Oh, je vois que tu as suivi mes conseils. Bon par contre, prend ton peignoir quand tu quittes ta chambre. Du coup, demain si tu vas lui chercher un petit dej’, remonte moi des croissants et du jus d’orange stp. »

Puis elle retourna dans sa chambre. Sur le coup, je ne savais pas quoi dire devant sa réaction. Ce n’était pas grâce à elle, mais car Mélinda avait décidé de revenir. Oh et puis zut. Je pris la bouteille d’eau et retourna dans la chambre. Elle avait bien entendu que je parlais avec ma fille.

« Non, pas de soucis, elle m’a juste surpris sortir de la chambre nu, rien de grave à première vue. En même temps elle a déjà dû voir un homme nu, enfin je n’espère pas, mais elle a l’âge. »

Puis, elle me complimenta sur ce que nous venions de faire. Je rougissais, je n’avais pas l’habitude que l’on me fasse des compliments sur mes rapports sexuels. En même temps, hors matrice, c’était très très rare que j’en ai.

« Tu sais, si tu veux, tu peux rester ici la nuit cette semaine, même si jamais tu as envie de ne pas … aller en cours … tu es la bienvenue. »

Puis je l’embrassai dans le cou et tout en couvrant cette partie de son corps de baisé, je fis descendre ma main sur son entre-jambe que je caressais tendrement. Alors que je faisais ça, elle me parla des sex-shops du Japon et des corsets.

« Oui, j’aimerai beaucoup, mais pas ce soir. Demain, si tu viens ici après tes cours, ou si tu préfères rester avec moi. On pourrait y aller en couple, Ionisa pourra faire ce qu’elle veut de la journée et nous, on profitera et nous ferions ce que tu veux. »

Alors que je lui répondais, je rentrais mes doigts en elle, pour lui faire du bien. Elle cria par surprise, mais elle semblait apprécier beaucoup cette petite initiative. Dès qu’elle voulut reparler, j’y allais de plus belle, frottant le moindre millimètre en elle. Elle me dit alors qu’elle était tout à moi, mais moi je ne voulais pas que ce soit une affaire vite fait. Je la couchai alors délicatement dans le lit, tout en l’embrassant avec passion. Ma main était toujours en elle, à l’exciter et à lui faire monter ces envies. Ma bouche se porta ensuite sur ces seins, léchant ces tétons et mordillant de temps en temps. Je voyais en regardant son visage, qu’elle gémissait très fort et qu’elle semblait déjà proche de la jouissance. Je retirai alors mes doigts d’elle, et recula mon visage.

« Non, c’est à ton tour de faire de moi ce que tu veux. »

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Sam 20 Mai - 20:51
Je fus très frustrée de cet arrêt, mais pouvais comprendre son initiative.

- Si tu veux jouer à ce jeu-là.

Je pris les ceintures de nos peignoirs pour lui attacher les mains. Je voyais bien que piquait son envie. J’attachai le tout au pied des lampes murales.

- Ne tire pas trop tu risques de tout casser. Dis-je

J’avais peu sérer pour éviter cet accident. Je commençai alors l’embrasser et le lécher chaque partir de son corps : son cou, son torse, ses tétons, son pubis, son entre-jambe… J’avais évité soigneusement les zones, les plus érogènes de monsieur. Mon corps se frottait au bien dans chacun de mes mouvements. Je pris tout mon temps… Puis lorsque je fis qu’il n’en pouvait vraiment plus, je me mis à califourchon sur lui. Syméris aurait fait d’autre chose mais je n’étais pas prête à ça. Je me mis en moins tant bien que mal, laissant échapper un petit cri. Je commençai donc à faire des déhanchements, tel une danse charnelle, lente… mais précise. Faire monter l’appétit au point de lâcher prise.

- Un souci. Dis-je

Je continuais mon manège. Je voyais qu’il en voulait plus. Je lui octroyai de lécher mes seins par moment, je n’hésitais pas à lui succès le cou ou la langue. Il avait l’air d’apprécier. Je commençais à ne plus savoir me tenir, mes mouvements se faisaient plus frénétiques. Avec sa force, les liens se défirent tout naturellement. Il commençait à m’aider dans ma cadence. Je voulais qu’il se lâche. Il se raidit, je compris qu’il jouissait, j’éprouvais également un énorme plaisir. Pas une jouissance complétement mais c’était très bon. Je m’effondrai sur lui et soufflée. Nous avions le souffle court tous les deux.

Je me retirai, j’eus alors comme une impression étrange. Je me redressai

- Merd… Dis-je en voyant la capote cassée


Je sautai du lit et allai dans la douche faire un lavage avec le jet d’eau. Le stress commençait à m’envahir. Comment lui dire que je ne me protégeais pas ? Les naturopathes étaient contre les moyens de contraception hormonale. Il n’y avait donc que les mécaniques et les stérilets, ou le calcule d’ovulation, qui étaient utilisés. N’ayant pas de partenaire, je n’avais pas pris le temps de mettre un stérilet et ni de faire des calculs. Et voilà que le préservatif nous lâchait, c’était bien ma veine. Je repris ma respiration, me remis ma robe et sortit de la salle de bain. Je n’avais pas vraiment la force de lui faire face donc je cherchais ma culote.

- Je vais rentrer j’ai besoin de réfléchir. Dis-je en trouvant mes sous-vêtements.

Il n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit que j’étais déjà partie. Une fois dans le métro, je discutais avec Mya.

- Ne t’en fait pas demain, on ira dans un centre pour femme. Dit-elle en me rassurant. Bois des tisanes de sauges.

Lorsque je rentrai chez moi, Mya avait déposé de la sauge dans un bocal au bas de ma porte. Je fis comme elle dit.

Lendemain matin, elle vient me chercher et on alla dans un centre. J’avais soigneusement éviter de répondre au appel de Wod. Je ne savais pas quoi lui dire

- Cela le concerne. N’arrêtait pas de dire Mya.


On arriva au centre, il y avait beaucoup de monde. De nos jours, beaucoup de femme oubliaient de prendre le contraceptif à cause de leur immersion dans le monde virtuel.
Nous expliquons à la dame à l’accueil mon souci. Elle me donna la pilule du lendemain et des médicaments pour les maladies sexuellement transmissible. A la maison, j’avais déjà pris des antibiotiques naturels pour ça, et un antibactérien local.

- Pour le dépistage, il faut attendre 3 jours et revenir plusieurs fois dans le mois. Je vous note les rendez-vous.

Il était difficile de trouver un arrange avec mes cours. Nous programmions donc de venir les samedis. Elle nous transmis également un mot déjà pré remplis comme excuse pour l’école. Selon ce qui était écrit, nous avions une indigestion alimentaire. C’était parfais. Nous l’a remercions avant de partir.

- Répond. Lui me dit-elle encore

Je soupirais. Je ne savais pas comment aborder le sujet. Je pris donc la décision d’aller le voir à son hôtel Je demandai à la réception de faire savoir à Monsieur que je l’attendais au bar. Il était très tôt, je ne savais pas s’il était déjà lever mais mon petit doigts me disait qu’il n’avait certainement pas dormis, tout comme moi.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Ven 26 Mai - 19:56
Ce fut un réel plaisir de la sentir contre moi après cet intense câlin. J’étais réellement fou amoureux d’elle et je n’avais pas envie que ce moment s’arrête. C’est alors, qu’elle sauta du lit en disant merde. Sur le coup, je ne compris pas réellement ce qui arriva, mais, quelques secondes plus tard, je vis le préservatif éclaté. Je compris alors que ça l’inquiétait. Je l’enlevai et mis mon peignoir, pour tenter de la rejoindre dans la salle de bain afin de la rassurer. Mais à la place, elle sortit de la pièce avec sa robe et parti rapidement sans plus de mots.

« Attends, il n’y a pas de risques, je n’ai rien comme maladie et pour ta pilule, tu as encore le … »

Elle venait de fermer la porte. Qu’est-ce que je faisais ? Je lui courais après dans le couloir, nu sous mon peignoir pour lui parler ? Non, si elle avait besoin de temps pour réfléchir, je devais lui accorder et respecter sa demande. Mais, sur quoi devait-elle réfléchir ? Elle prenait sûrement la pilule et pour ma part je n’avais pas d’MST à lui transmettre. Ou alors, c’est elle qui avait peur de m’en transmettre ? Sur le moment, je pris mon commlink et lui envoya un message.

« Mélinda, je ne comprends pas, explique moi stp. Si tu as peur que je t’ai refilé un truc, je peux faire des prises de sang pour te rassurer. »

Bien entendu, elle ne répondit pas à ce message, ni aux autres. Et vers 3h du matin, la fatigue me gagna alors que dans ma tête, j’imaginais qu’elle avait une vie de débauche et qu’elle était porteuse d’une maladie. Ma nuit fut courte et vers 6h je pris difficilement la décision de me lever. S’en suivit une petite douche et plusieurs messages à Mélinda. Elle ne m’avait ni appelé, ni envoyé de sms et je m’inquiétais énormément. Ionisa se leva vers 9h, ce qui était un exploit pour elle. Elle s’assit dans le canapé à côté de moi.

« Papa, ça va ? »

« Oui, tout va bien Ionisa. »

« Bon, je connais cette tête et ça fait des années que tu ne l’as pas faite, je sais qu’il y a quelques choses de graves et que tu ne vas pas bien. Qu’est-ce qui ce passe papa ? »

« Rien, on a eu un souci hier Mélinda et moi. Elle est partie rapidement et depuis elle ne me répond plus. »

« Tu veux que je tente de la contacter, elle voudra peut-être me parler à moi ? »

« Non, Ionisa, c’est gentil. Je vais aller me recoucher un peu, je ne souhaite pas sortir, donc s’il y a des trucs dans le coin que tu veux faire sans moi. Vas-y profite. »

Puis je m’enfermai dans ma chambre pour commencer à penser à la soirée d’hier et encore tenter de trouver une explication à la réaction de Mélinda. Une demi-heure passa quand Ionisa toqua à la porte.

« Papa, un message du service d’étage, Mélinda t’attend au bar. »

Il ne fallut pas plus d’informations pour me tirer du lit et m’habiller rapidement. Je me dirigeai alors au bar comme le message le disait et je vis qu’elle était là. Elle semblait fatiguée, mal en point et mal à l’aise. Sur le coup, je ne sus pas si je devais l’embrasser ou pas. Je me contentai de la prendre dans mes bras.

« Mélinda, tu m’as fait peur. Qu’est-ce qui t’arrive ? Tu … tu … tu as peur de me transmettre un … truc … avec le préservatif qui a cassé hier ? Car, moi, je n’ai rien. Et je peux te rassurer, je suis prêt à faire les tests que tu veux pour te le prouver. »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Ven 26 Mai - 20:26
Il était si mignon qu’il fit partir une partie de mes peurs.

- Assied-toi lui dis-je

Dans le bar, quelques personnes déjeunaient, j’avais commandé un thé et jus d’orange qu’on me servit. Je pris le temps pour trouver mes mots, je lui souris.

- Bon je vais être franche. Je ne prends pas la pilule.


Comme je l’avais imaginé, il blanchit.

- J’étais été ce matin prendre une pilule de lendemain. Je suis partie à la vas vite hier, car je devais absolument prendre des tisanes anti-grossesse et faire de lavement. Lui répondis-je


Je sentais qu’il allait me juger

- Je suis phytothérapeute, je ne prends donc rien de chimique. Que du 100% naturel. Il est donc inconcevable pour moi de prendre des hormones de synthèse pour éviter une grossesse. Ma seule protection est les préservatifs. Il y a bien sûr d’autre procédé mais n’ayant pas de relation réelle, je n’ai pas pris la peine de les mettre en place.
- Il faut dire que je ne m’attendais pas à faire l’amour avec toi. Lui dis-je.


Je sentis qu’il était déçu

- Non ce n’est pas que je ne t’aime du contraire. C’est juste, que ce ne soit pas mon genre. Habituellement, j’attends très longtemps avant que cela devienne sexuel dans une relation. Enfin, en général, l’homme part avant. Lui dis-je avec humour.

Depuis que je lui avais tout dit, je me sentais libérée d’un poids.

- Pour ce qui est des maladies, je veux bien te croire que tu n’as rien. Mais on ne sait jamais. Moi aussi je n’ai rien. Mais on peut être surpris, parfois certaine toilettes publiques peut transmettre certaine chose… Je conseille quand même en rentrant de faire un dépistage. Moi j’ai rendez-vous dans quelques jours. Lui dis-je

- J’espère que ma réaction de hier n’a pas tout gâché entre nous. Je suis vraiment désolé de t’avoir faire si peur. Je ne savais pas comment tu allais réagir, que tu attendais réellement de moi …

Le serveur passa demandant à Wod, s’il voulait quelques choses.

- Et si on déjeunait ensemble. Lui dis-je beaucoup plus joyeuse.
- J’ai un mot du docteur donc, je reste avec toi pour toute la journée, si tu veux bien sûr.


Je me rappelai donc ce que je lui avait dit durant la nuit et me mis à rougir. Je me cachai en buvant mon thé.

Un serveur nous ramena un plateau de fruit, de pain et ces accompagnements.

- Ah un déjeuner occidental. Les asiatiques mangent des ramens, du poisson avec du riz ou encore des raviols. Donc rien avoir. Beaucoup plus équilibrer que ceci. Dis-je

- Mais bon cela fait si longtemps. Dis-je en prenant un pain avec de la confiture.



On déjeuna tout en discutant

- Une idée pour cet apm ? Demandais-je

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Jeu 1 Juin - 19:20
Elle m’expliqua alors qu’elle ne prenait pas la pilule et qu’elle avait dû prendre un remède de dernière minute. Puis elle m’expliqua alors comment elle se protégé habituellement et m’avoua qu’elle ne s’attendait pas à avoir un rapport avec moi.

« Je … je … si tu ne voulais pas tu sais je … »

Elle me dit alors qu’elle espérait que sa réaction n’avait pas tout tué au niveau de notre couple.

« Non je comprends ta réaction. Mais, j’ai eu très peur tu sais, j’ai cru que tu allais penser que j’allais te refiler quelques choses et que tu avais peur. Je me suis fait pleins de films dans ma tête. »

« Et si on déjeunait ensemble. J’ai un mot du docteur donc, je reste avec toi pour toute la journée, si tu veux bien sûr. »

« Bien sûr que je veux. Oui déjeunons ensemble, je vais prendre un petit déjeuner européen avec un jus d’orange bien frais et des fruits aussi. J’espère que tu aimes bien les croissants, et les pâtisseries car ici, ils sont à tomber par terre. »

Elle me demanda ce que je voulais faire cet après-midi.

« Ionisa va voir une exposition de je ne sais pas quoi en rapport à l’e-sport et je lui ai donné la permission d’y aller seule. De toute manière, je n’avais pas spécialement envie de sortir aujourd’hui, vu que je m’inquiétais pour toi. Du coup, je n’ai rien de prévu. »

J’allumais mon commlink et regardais ce qu’il y avait en ville aujourd’hui comme événement. Je fis une petite sélection suivant nos passions et nos envies.

« Alors, je vous propose mademoiselle que nous nous rendions à un salon du livre numérique qui se trouve à 3km et qui est ouvert toute la journée. Puis que nous nous rendions à un buffet à volonté du monde juste à côté. Puis nous pouvons prendre le train jusqu’à l’autre côté de la ville pour une initiation à la peinture sur toile. Et à 16h une petite balade dans un parc avant de terminer par un panier pique-nique bio et local que nous pourrons récupérer sur place. Si ce planning vous convient, je vous laisserais choisir l’endroit où vous souhaitez terminer la journée. »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Sam 3 Juin - 15:42
Donc nous serions seule tous les deux, je n’allais pas m’en plaindre.

- Je ne suis pas très art, ni musé. Dis-je en attendant son programme.
- Je te propose sanctuaires Yanesen. Il est en plein cœur de la ville. C’est un lieu de purification de l’âme. On peut même y faire des vœux selon la coutume. C’est un de temple les plus connu de Tokyo. En plus le parc est très beau en cette saison, il y a des milliers de couleur.
- Après pour manger, on aurait le choix, de mémoire, il y a plein d’échoppe en contre bas.

- Est-ce que cela te va ? Demandais-je. Tu sais Tokyo est un des plus grandes mégalopoles en 1ans, je n’ai fait qu’un 10e donc tu ne verras pas tout.

- Après pour l’apm, on verra bien dis-je. J’aimerais qu’on en profite pour se recentrer sur nous deux.


On était d’accord. On se leva à ce moment-là, je sentis des étourdissements et des nausées, certainement des effets secondaires de la pilule. Je me remis sur ma chaise.

- Ca va laisse-moi deux minutes.


Je demandais au serveur un thé au gingembre pour faire passer ça. J’en profitais également pour prendre de l’homéopathie. Ce n’était pas courant en Asie mais j’avais mes réserves belges. Après quelques minutes, je me relevai ça allait une peu mieux, on se mit en route. Il fallut un certain temps en train pour arriver au temps. Le temple était magnifique tout de rouge avec ces arches célèbres. On se prenait la main pendant toute la promenade. En cette saison, les arbres étaient blanc, rose, violet, vert… tel un arc-en-ciel végétal. Nous en profitais pour prendre des photos avec nos comlink. C’était enfin l’occasion de faire des souvenirs. Je n’étais pas à laisse face à la caméra mais Wod non plus. Il y avait un endroit d’offrande pour faire des souhaits. Je participai à la tradition et demanda au destin que « ma demande de logement à Vaexjoe soit favorable ». Depuis quelques mois maintenant, j’envoyais du courrier dans les villes écologiques d’Europe pour y travailler et loger. J’avais reçu pour beaucoup le formulaire d’adhésion et de réglementation qui était assez restrictif dans la plupart des cas. Même si cela ne durait pas avec Wod, c’était la ville qui me plaisait le mieux avec celle d’Allemagne, mais dans ce cas, la liste d’attente était très longue. Car le métier de naturopathe était légal donc j’avais plus de concurrence que dans les autres villes.

Il commençait à se faire faim justement il y avait un plat typique vendu par des échoppes près du temple. Les «Nezu-no-Taiyaki» : gaufres fourrées en forme de pagre, le fumet de la pâte fine et croustillante était succulente, elle était fourrée de pâte de haricots rouges. Après avoir diné, on suivra les indications touristiques qui nous invitaient à voir l’arbre centenaire.

Le pin de l'Himalaya de Mikado Pain. C'était arbre recouvrait presque tout une maison qui vendait des gâteaux et un salon de thé. Je demandais de faire une pause, après m'être recueillis prêt de l'arbre. Je le sentais vivre, je sentais qu'il était heureux d'être là malgré l'agitation de la ville. Le propriétaire de la boulangerie prenait bien soit de lui.

- Jusque-là que pense-tu de la visite ? Dis-je en nous s’installant dans le tearoom.

Je commandai un thé au gingembre encore une fois pour éviter le retour des nausées. J’avais vu en arrivant qu’il y avait beaucoup de mochi : c’était boule de riz gluant, sucrée, colorée et fourrée. Pas très naturel tout cela, à vrai dire au japon, il y avait la plus part des pâtisseries, confiserie et produit industriel étaient pleins de produit chimique. C’est pourquoi, je ne mangeais que c’est des petits artisans ou alors je faisais mon alimentation seul. Je commandai donc un 3 mochi différent : rose, jaune et marron. Il avait une forme d’animaux.

Tout en goutant, je proposai une idée à Wod

- Veux-tu que je te fasse à manger ce soir ?
- En gros, je t’invite chez moi. Faut juste que je m’arrange avec mon colocataire.


Je pris mon comlink avant même qu’il ne me répondre franchement. J’envoyais un message car il me semblait qu’il travaillait à cette heure-là. Il me répondit, étrangement vite.

- « Je travaille de nuit au Sushi Time, le lundi, tu le sais… Bonne nuit »

Avec tous les petits boulots qu’il faisait, je ne le voyais que rarement. Il était stagiaire dans une grosse boite mais pas payer bien sur donc la nuit ou très tôt le matin, ils étaient principalement livreur : sushi, pizza ou courrier. Je ne le voyais pas souvent, dès que son stage étaient fini, il m’avait annoncé qu’il rentrait chez lui à Yokohama. Et j’allais avoir un nouveau colocataire. On partageait la cuisine et le salon. Nous avions une chambre de 12m² avec une salle de bain 2m², les toilettes étaient limite dans la douche. La cuisine était ouverte avec un ilot qui servait de table à manger. Le divan posé derrière avec un TV, ce n’était pas moi, qui avais eu cette idée mais mon colocataire pour ces soirées tv entre amis.

- Il n’y a aucun soucis, il n’est pas là, faut juste que je fasse des courses.

Il m’envoya un autre message

- « tu laisses des reste ? »
- « bien sûr comme d’hab » Lui répondis-je


Il n’avait jamais le temps de manger, il appréciait beaucoup mes petits plats et que je fasse le ménage. En échange, il payait les courses sans rien dire.

On était d’accord sur la suite des événements. Après s’être reposer, on repartir vers la gare pour reprendre le train, pour être au plus proche de chez moi. Cela nous prit pas mal de temps car on était vraiment à l’opposer. Pendant le travers, on se retenait les mains, le wagon était vide à cette heure-là. J’étais encore timide en publique mais lui ne se gênait pas pour m’embrasser. Finalement, le trajet fut beaucoup plus court comme ça.

Arrivé à mon arrêt, c’était vraiment un lieu hors de tokyo, on était même considérer à la limite de la ville. C’était principalement des zones résidentielles, petit building de deux-trois étages. Principalement des étudiants et jeunes travailleurs, ne pouvait s’offrir mieux qu’un appart à 2-3 locataires. Malgré que l’endroit ‘n’était pas riche, c’était bien entretenu et verdoyant. Je l’emmenai dans une petite superette qui vendait des produits frais. La plupart des clients qu’elle avait était de restaurateur du coin, certainement pas les habitants qui préféraient la nourriture rapide. Les légumes et les fruits ne ressemblaient pas à ceux d’Europe même au gout, il y avait des différences. Une fois, les courses terminées, nous allions chez moi.

C’était un petit immeuble qui ressemblait à tous les autres, les escaliers extérieur menant à l’étage où je vivais. Nous entrions directement dans la cuisine-salon de 16m², tout était blanc sauf le canapé bleu canard, sans accoudoir, et les deux chaises de bar noir. Je n’avais pas trop à me plaindre, il y avait encore beaucoup plus petit. Il y avait une porte à droite et à gauche pour nos chambres respectives. Dans la pièce commune, il n’y avait aucune personnalisation, tout était dans nos chambres.

- Met-toi à laisse ! Tu devrais certainement prévenir ta fille si cela n’est pas déjà fait. Dis-je ne me mettant en cuisine.

Une fois, les courses déposées, je retirai mes chaussures, je lui demandais de faire de même. Et commença à me mettre aux fourneaux.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Lun 5 Juin - 13:37
Mélinda avait décidé de ne pas suivre mon idée de programme et de prendre en main, un programme suivant son envie. Ce n’était pas spécialement déplaisant, l’important pour moi c’était surtout de me retrouver avec elle toute la journée. On en profita pour faire quelques photos de nous sur mon commlink et très vite les messages d’Ionisa arrivèrent « Vous êtes trop beau ensemble. », ça me faisait plaisir de voir que le courant passait désormais entre eux. L’après-midi se passa très bien, sauf une gaufre au gout assez bizarre que j’eu beaucoup de mal à terminer. Puis, elle m’invita à manger chez elle.

« Euh, oui je veux bien. Mais, je ne veux pas spécialement que tu sois blindée de boulot. »

Elle rigola puis demanda si son coloc était bien absent. Et c’était le cas. On reprit alors le train pour rentrer chez elle et sur le chemin, je profitais que le wagon était vide (sauf nous) pour l’embrasser. C’est fou ce que je l’aimais.

Nous passions dans une supérette afin d’acheter les quelques ingrédients que composerait le plat du soir. Elle prit du saumon qui était en promotion, des champignons locaux et quelques fruits et légumes. Elle paya le tout et nous nous mirent en route vers son appartement. Elle me demanda d’enlever mes chaussures et de me mettre à l’aise pendant qu’elle cuisinait. Son appartement était vraiment petit et avait beaucoup moins de technologie que le mien. Pourtant, je ne pouvais pas la blâmer, elle était encore étudiante. Je me mis sur le canapé et envoya un message à Ionisa.

« Je ne rentrerai pas pour manger, prend un truc au restaurant de l’hôtel et met le sur la chambre. Je suis chez Mélinda. »

« Okay papa, elle était super vos photos de cet aprem, vous être trop beau ensemble. »

« Merci. happy Tu as fait quoi toi de ton aprem ? »

« J’ai étais à une salle d’arcade, c’est génial tu aurais dû être là. J’y suis encore en fait. Tu comptes rentrer dormir ou tu dors chez Mélinda ? »

« Pars du principe que je rentre dormir, mais si tu me vois pas demain matin, c’est que j’aurai dormis chez Mélinda. »

« Okay papa, et bien amuse toi bien XD »

Je rigolais à sa dernière phrase, je savais bien qu’elle pensait que nous allions passer la nuit ensemble et du coup qu’elle avait le champ libre pour faire ce qu’elle voulait. Je regardais quand même les photos qu’elle avait postées de la journée. Effectivement il y avait beaucoup de photos d’elle sur les bornes et dans des simulations 3D de combat. Et elle avait l’air d’avoir passé l’aprem entière avec les mêmes personnes, deux filles et un gars. Tous les trois asiatiques. J’espérais pour le garçon, qu’il n’avait pas des vues sur ma fille.

« Hey, je te rappel que tu n’as pas le droit d’emmener des gars à l’hôtel. »

« Je sais papa, t’inquiète pas, je ne compte pas ramener un homme dans ma chambre. »

J’entendis Mélinda rire derrière moi. Elle me fit une remarque sur ma fille et elle mis devant moi un bol. Elle m’expliqua que c’était une soupe faite avec la tête du poisson et quelques bais et racines. Que c’était bon pour un organe. Elle s’installa à côté de moi et pris sa soupe aussi.

« Tu sais, je pense qu’Ionisa à un copain chez nous, il lui arrive souvent de rester des heures en communication avec lui et parfois elle me dis passer la nuit chez une amie. Je ne sais pas pourquoi, mais je crois qu’elle a peur de me le présenter. Elle a peut-être peur que je sois protecteur ou un truc du genre. Mais elle n’a que 16 ans. »

Mélinda me répondit et une fois la soupe terminée elle apporta un second plat, le saumon cuit vapeur avec une sauce au champignon et des petits légumes.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Lun 5 Juin - 14:36
- En quoi cela te dérange-t-il qu’elle ait un petit ami ? C’est de son âge, en générale les 1er flirte pour une fille c’est 14-16ans et pour les garçons 16-18ans. Pour ce qui est d’aller plus, tu devrais en parler avec elle. Faut qu’elle pense à se protéger car comme tu le sais le préservatif ce n’est pas sûr à 100%.
- Tu as de la chance d’avoir une fille studieuse et respectueuse en vers toi. Moi je serais plus inquiète si elle sortait tous les soirs et ne rentrait qu’au matin sans savoir ce qu’elle a fait.
- Enfin si tu veux vraiment mon avis sur la question des relations sexuelles à son âge. Moi je ne vois pas le mal mais tu devrais lui conseillé de mettre un stérilet … Ou un implant, mais je ne suis pas pour ça.

Je vis que cela le dérangeait. Je ris

- Vu comme ta fille est connectée sur les réseaux sociaux, je suis étonnée que tu n’aies pas vu une photo d’elle et son ami… Ah moins que ce soit une fille. C’est possible.

Je ne connaissais vraiment pas son avis par rapport à l’homosexualité. Personnellement, je n’avais aucun soucis avec ça, ni même avec la liberté sexuel, on était honnête avec son partenaire et qu’on se protégeait.

On discutait de beaucoup de choses pendant notre repas, c’était fort agréable. La journée entière l’avait été. Elle n’était pas terminée et j’avais plein idée. Je rangeai vite fait en mettant les restes au frigo et les plats dans l’évier.

- Tu permets, je vais aux toilettes. Dis-je

Ce matin, je n’avais pas vraiment pris la peine de mettre quelques choses sexy, juste pratique. Je profitai de cette excuse pour aller me changer.

Ma chambre était petite 12m², un matelas de 1,20m contre un mur, des étagères, placard au mur, un bureau avec mon portable entre deux. Au centre, mon siège matriciel connecté avec mon pc donc le câble traversait très la pièce. Tout l’espace était rempli de rangement avec des meubles qui se fermait, c’était une sécurité en cas de tremblement de terre.

Il m’avait dit qu’il aimait les corsets de mémoire, je devais en avoir un quelques temps. « Ah le voilà… tiens voilà autre chose » Je venais de retrouver un noir bustier transparent avec la culotte assortie. Un cadeau de mon ex, il me semblait que je l’avais jeté. J’essayai de faire vite et silencieusement… pas facile. Par contre je n’avais plus les bas, c’était rien. J’habillai et mis un peignoir de soit rouge. Plaçai quelques objets dans la commode. Et je sortis, le peignoir entre ouvert.

- Je ne t’ai pas fait attendre. Dis-je

Je vis beaucoup de choses dans son regard et son action ne se fit pas attendre.

- ah oui les corsets lui faisaient de l’effet. Pensais-je pendant qu’il m’embrassait chaudement

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mar 6 Juin - 20:12
Lorsque Mélinda me parla d’Ionisa je rigolais un peu. C’est vrai par contre qu’elle n’avait jamais mis de photos d’elle avec un gars. Et il ne semblait pas qu’elle ait beaucoup d’amis masculins. C’était toujours avec des filles qu’elle prenait des photos, des copines. Mais, je ne pensais pas qu’elle soit lesbienne. Elle me l’aurait dit. Enfin je pense.

« Ce n’est pas que je sois dérangé qu’elle soit en couple, ce qui me dérange c’est qu’elle ne me le présente pas. Elle pourrait avoir confiance et savoir que je ne vais pas le manger. Bon, si jamais il lui fait du mal, il risque de le sentir passé, mais c’est normal, je suis son père. Tu sais, Ionisa n’ai pas du genre à sortir, quand elle est dehors, c’est dans des magasins de jeux, dans des salles d’arcades ou chez des amies. Elle préfère cent fois passées une nuit à geekée plutôt qu’à faire la fête. Puis bon tu sais au niveau des protections elle à ce qu’il faut, elle a un implant et une boite de préservatif dans sa chambre, boite dont elle ne s’est jamais servie aux dernières nouvelles. »

Après le repas, Mélinda rangea puis parti quelques instants aux toilettes. J’en profitai pour regarder les photos d’Ionisa en général et non il ne semblait pas qu’il y a un gars avec qui elle semblait proche. Bon ce n’est pas grave, je tenterai d’avoir une discussion sérieuse avec elle à ce sujet. Puis Mélinda revînt avec un peignoir en soie rouge et de la magnifique lingerie en dessous. Sur le coup, je ne savais pas quoi dire, mais mon esprit était entièrement captivé par elle. Alors qu’elle s’approchai doucement de moi, je vînt vers elle et l’embrassa chaudement. Elle était réellement magnifique dans cette tenue. Je mis mes mains autour d’elle et la poussa petit à petit vers sa chambre. Ma bouche se porta sur son cou alors que ma main caressait ces fesses. Quand nous arrivions dans sa chambre, je la couchai dans le lit et l’embrassa chaudement. Elle me força à me coucher à côté d’elle et une fois fait, se mis au-dessus de moi pour commencer à m’ouvrir ma chemise et m’embrasser le torse.

« Attend, attend. Je n’ai pas de préservatif sur moi. Tu en as ? »

Ma phrase semblait la choquer, à croire que c’était normal qu’un homme en ai toujours un sur lui.

« Non, mais attend mon coloc doit bien en avoir un, je vais voir dans sa chambre. »

Elle fonça alors dans la chambre du gars en question et commença à fouiller son armoire. Je la regardais faire accouder à l’encadrement de la porte.

« Merde, je trouve pas, j’aurai pourtant cru qu’il en avait lui. »

« Non mais, ce n’est pas grave, on peut aussi rester sage si tu veux ce … »

« Mya, elle en a sûrement elle. »

Elle retourna dans le salon et mis la main sur son commlink.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mer 7 Juin - 17:00
J’étais avec mon comlink prêt à demander à Mya si elle en avait. Est-ce que cela se faisait ? N’allais-je pas déranger ? J’étais sûr d’une chose, elle allait me faire des remarques pendant 20ans.

Je réfléchissais ce n’était pas évident avec un homme qui embrasse le coup.

- Si on faisait sans. Dis-je

Il fit vraiment une de ces têtes, je ne pus échapper un rire.

- Il y a moyen de faire beaucoup de choses… Lui dis-je en espérant qu’il comprenne.


J’avais tellement d’envie, je m’étais privé de tellement de choses. J’avais envie de vivre pleinement. Je savais qu’une fois diplômée, j’allais revenir à une vie professionnelle et saine. J’aurais peut-être pas autant de liberté et puis il sera plus là.

Je pris un peu les choses en main, caressant son sexe à travers ces vêtements. Aucun doute qu’il avait envie de moi.

- Des bonnes et longues préliminaires, c’est bien aussi. Dis-je pour lui mettre sur la voix

Une petite lumière venait de s’allumer dans sa tête. Il m’embarqua dans ma chambre. On s’embrassait chaudement, tout en le déshabillant. Il aimait prendre son temps pour me caresser. Je n’avais pas le bras assez long pour lui rendre la monnaie.

J’ouvris le tiroir de la commode pour lui montrer le joujou que j’avais : Rabbit, Canard, Anneau… Tous de la même marque, à croire que j’avais acheté un pack. Il n’y avait pas que cela, deux autres boites. Une avec des jeux que je n’avais plus utilisés depuis des siècles : menotte, foulard… et la seconde de mon joujou connecté.

Il ne se fit absolument pas prié lorsqu’il vit les jeux. Dans des soupirs de plaisir, j’essaie de lui dire, je pouvais lui donner du plaisir. Au bout d’un moment, je le stoppai

- Laisse-moi prendre les choses en main. Dis-je avant d’être excitée.

Je le déshabillai, retirai ma culotte, il fut allonger sur le lit et je l’embrassai. Je pris un des joujou de couple que je n’avais plus utilisé depuis 10ans, j’espérais que la batterie fonctionnait encore. J’avais de la chance au vue du bout bruit qu’il fit. Je lui enfilai l’appareil et commençai à me frotter à lui tout en savourant les vibrations de notre jeu commun.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Dim 11 Juin - 13:38
Alors que nous étions dans le salon et que sa main se trouvait sur son commlink, je l’embrassais dans le cou, cherchant à l’excité encore plus, voulant jouer avec elle, alors qu’elle serait au téléphone avec son amie. Je trouvais ça excitant.

« Si on faisait sans ? »

Sur le coup, toutes mes envies tombèrent. On venait d’avoir un souci la veille et elle m’avouait ne pas prendre de contraception et elle voulait faire sans ? Mais … non.

Alors qu’elle tentait de me convaincre que l’on pouvait faire beaucoup de choses même sans préservatif, elle me caressait l’entre jambe à travers les vêtements. Je la pris dans mes bras et la déposa dans son lit, dans sa chambre. Tout en continuant de l’embrasser, je laissais ma main dérivé sur ces courbes et le tissu de ces sous-vêtements. Je m’attardais longuement sur son petit bouton de plaisir, que je caressais longtemps. Je voyais bien qu’elle voulait me rendre la pareil, mais son bras était trop cours et elle n’y arriva pas. Voyant qu’elle ne pouvait pas, elle ouvrit sa commode et me montra tous ce qu’elle avait en joujou de plaisir. Je pris un petit objet vibrant et le passa sur son entre jambe, la voyant ainsi se retenir de gémir. A un moment, elle referma d’un coup ces jambes et m’arrêta. Elle exigea de prendre les choses en main.

Elle enleva mes vêtements délicatement, laissant sa main faire une caresse de temps en temps. M’indiqua de me coucher, puis alors qu’elle se trouvait au-dessus de moi, enleva sa culotte et m’embrassa langoureusement. Elle prit alors un anneau vibrant et me l’enfila alors qu’elle l’allumait. La sensation était simplement exquise et elle se mit à se frotter sur ma queue qui vibrait. Elle m’embrassait chaudement et semblait apprécier beaucoup ces mouvements de va et viens. Elle prit alors la paire de menottes et m’attacha les mains au lit. Elle continuait alors de faire ces frottements tout en m’embrassant. Puis elle arrêta.

Elle prit le foulard dans sa commode et m’attache les yeux. Puis elle sortit de la chambre et revînt quelques instants plus tard. Elle passa quelques choses sur mes lèvres. C’était sucré et ça ressemblait à du chocolat.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Du chocolat ? »

Elle rigola et en étala un peu sur le contour de mes tétons. Je sentais ensuite qu’elle passa sa langue dessus longtemps pour bien prendre son temps de m’exciter. Elle avait laissé l’anneau vibrant faire son effet pendant qu’elle déjeuné sur mon corps. Elle mit un autre aliment sur mes lèvres.

« Et la ? »

C’était à première vue toujours du chocolat, mais plus léger ce coup-ci et surtout il semblait avoir était posé sur quelques choses de doux. Sur le moment je sortis ma langue et découvrit rapidement un téton cachait dans ce chocolat. Je lui suçais alors le sein. Elle porta sa main sur ma tête.

« Bien, tu as trouvé. »

Dis-t-elle dans un gémissement.

« Et si je passais au dessert maintenant ? »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mar 13 Juin - 20:17
Puisque je l’avais attaché, j’évitais qu’il ait un dérapage mais je me privais d’autre plaisir. J’avais bien des idées en tête mais est-ce que c’était convenable… En jeu, je faisais régulièrement, c’était différent, il y avait les odeurs, le gout… Que faire ? Mais je vis à son visage qu’il prenait son pied. Je souris en le libérant. Il m’aida alors à accélérer la cadence, nous gémissions en duo.

Après un long moment d’effort, il se redit dans une extase. Personnellement, j’avais encore des envies, je m’allongeai à côté de lui épuisée. Il prit une bouteille d’eau et un essuie qui trainaient dans ma chambre. J’avais toujours ce genre de choses près de mon lit. Monsieur ne me lassa pas soufflé, il embrassa mes tétons et se rendit compte qu’il était encore hyper sensible. Il fit un commentaire de me donner du plaisir avec sa bouche et ces mains. Mon corps vibrait de désir… Hélas, j’avais tant d’envie refoulée que mon extase ne vient pas vite aux désarrois de Wod qui s’épuisait. Heureusement, j’étais équipée et il pouvait compter dessus pour se soulager les mains. Il stimulait tout mon corps, parcourant chacune de mes zones érogènes. Au bout d’une 15-20min seulement, je réussis à trouver les portes du 7e ciel, dans un cri de jouissance. Lorsque je me rendis compte, je plaquai vite ma main sur ma bouche. Tout l’immeuble avait dû l’entendre. J’étais très soufflée pour rougir ou réagir.

Wod s’écroula contre moi.

- Tu vois, on sait toujours faire sans… Dis-je amusée et épuisée.

Je m’endormis presque aussitôt.

A 6h, mon comlink sonna pour m’informer d’aller en cours.

- Merd… dis-je en le coupant, en escaladant Wod au passage.
- Je suis désolé faut que j’y aille. Dis-je en prenant la direction de la douche.


Quelques minutes plus tard, Mya entra dans l’appart, pour déjeuner avec moi et partir avec moi. C’était notre rituel, le mardi. J’étais étonnée qu’elle vienne sachant que Wod était en ville, j’avais supposé qu’elle ne serait pas venue.

- Meli, ça été hier, pas trop malade… tu m’as donné de nouvelle… Dit-elle en me recherchant
- J’ai apporté le petit déjeuner. Dit-elle


Elle fit comme chez elle, en commençant en faire chauffer l’eau pour le thé. Entant dans du bruit dans la chambre, entre-ouverte, elle alla voir avec curiosité.

- Meli ça va ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mar 13 Juin - 20:48
Après nos ébats, Mélinda s’endormit vite, très vite. Elle était blottie contre moi et la lumière naturelle de la chambre me permettait de voir son sommeil. Elle faisait des petits sourires en dormant et c’était en regardant son visage d’ange que je m’endormis aussi.

Je fus réveillé fort tôt par le réveil de Mélinda qui sonna. Elle m’escalada pour le couper et je la retinsse quelques secondes dans cette position, l’embrassant au passage. Elle partit dans sa douche et j’en profitai pour repenser à la soirée de la veille. Je sortis du lit entièrement nu et commença à ranger ces vêtements qui étaient au sol, ainsi que les miens. J’entendis alors du bruit dans la pièce à côté. C’était sûrement son coloc. Je me dépêché de prendre mes affaires, mais quand la porte s’ouvrit derrière moi, j’étais toujours nu. Je me retournais instinctivement pour voir qui c’était et je reconnu l’amie de Mélinda. Amie qui rougissait et qui souriait.

« Ah euh désolée, je ne savais pas … enfin … je … je vais attendre Méli à côté. »

Choqué et interloqué par ce qui venait de se passer, je rejoignis Mélinda dans la salle de bain.

« Ton amie, Myla, Myna, enfin ton amie, vient d’entrer dans la chambre et de me voir nu. J’espère qu’elle s’en remettra. »

Elle fut surprise de savoir que son amie était ici et elle se dépêcha de sortir de la douche. J’en profitai pour me laver rapidement avant de retourner dans la chambre m’habiller. J’entendais qu’elles rigolaient et qu’elles parlaient beaucoup. Je sortis de la pièce pour les rejoindre et m’aperçut que son amie rougissait en me voyant.

« Bonjour … monsieur. »

Afin de casser tout malaise possible, je me dirigeais vers Mélinda et l’embrassa. Elle semblait gênée de m’embrasser devant une amie à elle, donc je n’insistais pas. Je pris une chaise et les écouta parler un peu. La discussion semblait plus sage et étrangement, j’avais l’impression que ce n’était pas le cas avant que j’arrive. Puis elle se tourna vers moi pour s’excuser de devoir aller en cours.

« Tu sais, tu pourrais être malade toute la semaine. Et … nous pourrions rester ensemble. Mais, je ne te force pas, je sais que tes études sont très importantes. C’est si tu veux, moi ça ne me dérangerait pas. »

Elle fit un sourire et me répondit.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv)
Revenir en haut Aller en bas

Le Salon International de la Matrice (x) (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» Les Capois en rebellion pour leur aéroport international
» Tutelle ou tuteur international ?
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Sak caraibean international highway ?
» Le salon du chocolat à Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One-shot :: IRL :: IRL-