Partagez|

Le Salon International de la Matrice (x) (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mar 9 Mai - 21:46
- Eh ce resto ?

Je connaissais bien ce restaurant de réputation. Il faisait de la bonne cuisine 2 étoiles, produit locaux et bio. Aucuns soucis. De nos jours, tous les restos étoilés faisaient du bio quasiment. Mais c’était le prix qui me faisait peur et le standing.

- Non je connais bien moins cher. Tu n’as pas besoin de mettre les petits plats dans les grands pour me plaire. En plus, j’en connais un pas très loin de ton hôtel.

C’était une petite auberge typique. C’était très spéciale on pouvait frapper à n’importe quelle heure, il y avait quelqu’un pour vous servir ou vous loger. En réalité, c’était un ancien manoir de Geisha, c’était donc pittoresque.

Il m’embrassa, j’adorais ces baisers. Il était si doux si bon

- Oui allons voir les Matriciels Brothers.

Avec son passe, nous eûmes facile de trouvé, un place. Heureusement, il ne vérifierait pas le mien. Il s’installa néanmoins debout. Avec chance, le son était bon, les Brothers étaient effectivement déguisé en personnage. Il avait des costumes donc le thème était Final Fantasy. Il y avait deux chanteurs, une femme et un homme. Les chanteurs était maquillé et ne portait pas de masque, sinon c’était assez délicat pour chanter. C’était un démons noir et bleu avec des cornes pour l’homme et rouge pour la femme. Succubes et Incubes peut-être. Ils commencèrent par une de leur chanson populaire. Il y avait 5 chansons prévu donc celle que j’adorais « Pomme C ». Je trouvais qu’elle était meilleure en français mais bon c’était une réadaptation.

Le concert finissait vers 17h30, cela nous laissait assez de temps pour discuter avec Lui et sa fille. Il informa à celle-ci que les plans avaient changé qu’on allait ensemble jusqu’à l’hôtel car on avait trouvé un resto plus proche de l’hôtel que de la salle comme cela, il était sûr que sa fille arrivait à bon port.

On décida de partir une heure plus tard, pour prendre le métro heureusement, cela ne mettait pas beaucoup de temps pour arriver dans la zone de son hôtel un peu plus d’une demi-heure. Juste à la périphérie de Tokyo. Il évitait l’agitation du centre et le prix aussi. On salua Ionisa avait de partir vers l’auberge.

Le lieu ne payait pas de mine. Il ressemblait à toutes les maisons mais en beaucoup plus grande. On entrait par une arcade qui menait dans un jardin type très zen et très fleurit à cette saison. Avant de marcher sur le perron, je sonnai une cloche. Une femme d’une cinquantaine d’année arriva et nous salua.

- Que puis-je faire pour vous ?
- Nous aimerions diner madame. Dis-je en la saluant
- Bien sûr suivez-moi

Elle portait un habit traditionnel, c’était plus un habit de travail que faire sa tenue de tous les jours. Nous faisons le tour du bâtiment par les balcons. Profitant de la rivière artificielle remplie de poissons et du paysage enchanteur.

- Je vous prie d’entrer. Dit-elle en ouvrant une porte menant à une toute petite salle.

Je retirai mes souliers, retient Wod qui allait faire l’affront d’entrer avec les siens. On les déposant sur la terrasse près des portes coulissantes. Dans la pièce, il y avait qu’une table rouge traditionnel, un tableau et une plante. La dame referma la pièce avec des portes vitrées et non en bois comme à notre arrivée : entrée à doubles portes. Je m’installai à genoux et regardai le paysage nous offrait le porte.

- Qu’en penses-tu ?

Il me demanda quelques explications

- En faites chaque table de restauration et dans une pièce privative. Puisque c’est une auberge, il n’y a pas que de la gastronomie ici mais des chambres situées dans une autre aile du manoir. Il me semble qu’il y a même des bains chaud au bout du jardin. Suffit de demander, c’est bien sur payant.

Je n’avais pas l’intention d’aller dans les bains, surtout au Japon car c’était toujours nu. Et je n’ai pas très alaise avec mon corps.

- Par contre, j’ai oublié de préciser que nous n’avons pas le choix du menu.

Il était la tradition donc cela allait être un menu sucré-salé, acide-base… Le repas du yin yang. Une porte de l’autre côté de notre entrée s’ouvrit et plusieurs femmes nous apporta plusieurs petits plats sur des lourds plateaux. La table fut vite remplie, il y avait du cru, du cuis, de frit, de cocote vapeur… Des fruits, des poissons, légumes, du riz… Vraiment de tout en petit portion. Les femmes nous saluèrent en nous disant bonne appétit. Il y avait un carafe d’eau, un petit verre de saké et un de thé sur un plaque chauffante.

- Bon appétit. Dis-je à Wod

Je l’informai que suivant la tradition et la bonne marche des choses, il fallait commencer par le cru, fruit et légume ou sushi, puis par chaud frit, la soupe, etc.

Je le regardais droit dans les yeux, pleine d’amour, ce moment était parfait.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mer 10 Mai - 20:06
Lorsqu’elle me parla d’un restaurant meilleur et moins cher proche de mon hôtel, la première chose qui me traversa l’esprit fut « comme est-ce qu’elle peut connaitre l’emplacement de mon hôtel ? Est-ce qu’elle m’a surveillé en cachette pour me faire une surprise ? ».

Après le concert, on se retrouva avec ma fille et je fus assez étonné de voir qu’Ionisa voulait en savoir plus sur Mélinda. Qu’est-ce qu’elle aimait bien comme jeu, qu’elle était ces personnages, qu’est-ce qu’elle faisait dans la vie. Elle fut même étonnée de savoir qu’elle était originaire d’Europe de l’Ouest. Je voyais bien qu’elle n’était pas à l’aise devant les questions de ma fille, mais cette dernière avait vraiment l’air d’être intéressée par elle et resta très respectueuse. Par contre, quand on lui annonça qu’elle allait la raccompagner à l’hôtel et manger dans une auberge proche en tête à tête, elle parut déjà moins ravie. Sur la route, on s’arrêta prendre de quoi manger pour elle en lui laissant le choix de prendre ce qu’elle souhaitait. Chips, soda, glace et bonbons consistera son repas du soir.



Je ne pouvais pas spécialement lui dire quelques choses sur cet équilibre alimentaire, vu que dans ma dépression après le décès de ma femme, ces aliments constitués mon principal régime.

Une fois qu’Ionisa fut bien rentrée à l’hôtel, nous nous dirigions avec Mélinda vers l’auberge dont elle m’avait parlé. Il fallait avouer que le lieu était très beau et qu’elle avait le gout pour choisir un endroit romantique. Mélinda discuta avec une dame qui vînt nous accueillir. Effectivement, ne parlant pas la langue locale, il était plus facile pour elle de s’occuper de ça. J’allais entrer dans la pièce, quand elle m’arrêta pour me montrer que le respect me demander d’enlever mes chaussures. Il fallait que je fasse attention, je n’étais pas dans un lieu touristique et mes écarts envers la culture japonaise pouvait être mal vu.

Nous nous installions dans une salle à part, je ne savais pas si c’était une faveur pour nous, un surplus de prix ou normal. Mais, je ne voulais pas avoir l’air radin et ne parlait pas de cette question. Pourtant lorsqu’elle me demanda ce que je pensais de l’endroit, je répondis :

« L’endroit est très très beau, typique, romantique, mais c’est la première fois que je vois qu’on met une table dans une pièce séparée sans trop de raison. C’est une spécialité pour les couples ? »

Elle m’expliqua alors que c’était normal dans l’endroit actuel. Elle me parla alors des chambres qu’il y avait dans une autre aile du bâtiment et des bains chauds. Je ne voulais pas faire le lourd, donc je m’abstins de tous commentaires sur les bains chauds, mais je me serais bien retrouvé avec elle dans cet endroit. Lorsque le premier plat arriva, elle m’indiqua alors que nous n’avions pas le choix du menu. C’était vrai que je n’avais pas de carte. Il est vrai par contre qu’il y avait de tout et beaucoup de choix. Mais je ne voyais pas de couverts de mon côté, juste des baguettes. J’espérais que mon agilité naturelle arriverait à utiliser ces instruments.

« Bon appétit », dis-je en souriant.

Je mangeais alors ce que je pouvais, comme je pouvais dans l’ordre qu’elle m’indiqua. Je la regardais souvent et nos regards se mêlées et des sourires s’échangèrent. J’étais très bien avec elle, très très bien. Nous ne discutions pas trop pendant le repas, laissant un peu de répit et de calme après la journée que nous venions de passer. Lorsque nous arrivions à la soupe, j’étais déjà bien repu.

« Tu sais, j’ai passé une très agréable journée avec toi. C’était merveilleux, même si ça aurait pu être mieux. Mais, j’aurai été mal de laisser Ionisa à la maison. En tout cas, elle a l’air de t’apprécié un peu plus depuis que tu as remis les points sur les i. Le pays où tu habites est vraiment merveilleux, c’est un beau mélange de tradition et de technologie. Tu as beaucoup de chance d’y vivre. J’espère qu’un jour je pourrais te montrer la Suède et te rendre la pareil. »

Mon esprit voulait dire d’autres choses, que je l’aimais, que j’étais bien avec elle, et que si elle le voulait, elle pouvait venir quand elle voulait chez moi. C’était la première fois que nous nous rencontrions, pourtant nous partagions beaucoup depuis plusieurs mois. Et cette situation me déstabilisé. J’avais la gêne du premier rendez-vous, mais je la connaissais bien.

« Je voulais te dire que j’étais réellement tombé sous ton charme, même si notre première rencontre fut virtuelle, j’espère que l’on pourra construire quelques choses ensemble dans la vraie vie. Et … et … je t’aime. »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mer 10 Mai - 20:36
Je répondis à ces interrogations.

- Non ce n’est pas spécialisé dans les couples. Enfin… C’était un ancien manoir geisha donc tout est mis en œuvre pour l’intimité de la clientèle. Tu vois ce que je veux dire.
- C’est le petit ami de Mya qui nous a fait connaitre l’endroit, c’est un des membres de la famille du propriétaire.


Il me demandait comment j’avais su pour l’hôtel.

- Ben tu me l’as dit ou je l’ai peut-être vu sur ton profil avec tout ce que ta fille tag…

J’étais amusée de le voir manger, il avait vraiment du mal avec les baguettes. Je l’informai de prendre les plats froids avec les mains, c’était plus aisée pour lui.

- Oui j’ai vraiment de la chance, enfin pour le moment. Après mes études, je devrais rentrer chez moi, Belgique. Ce petit pays entre la France et Allemagne. Je n’ai pas envie de rester ce n’est pas mes racines. J’adore ce pays, mais il y a trop barrière avec les occidentaux pour m’y sentir à ma place. Enfin bref

Puis il me fit une proposition, j’en lâchai presque mes baguettes.

- Eh c’est-à-dire… C’est très gentil. Dis-je en rougissant. Moi aussi je t’apprécie énormément. Je ne peux pas te dire mes mots que tu attends, non pas que je le ressens pas. C’est une prudence, on se connait à peine vraiment. La dernière fois que j’ai ouvert mon cœur, j’ai été plus que déçue.


J’avais très envie de l’embrasser, mais je n’osais pas. Pourtant tout se lisais dans mes yeux, je lui caressais machinalement la main. Puis zut…Je m’approchai de lui pour me mettre à côté.

- J’adorais voir ton pays si tu veux quand je suis en congé, j’ai un mois après mes examens. Je pourrais venir chez toi quelques temps à la place de mon pays natal. Lui dis-je droit dans les yeux.


Puis comme un accord, on s’embrassa avec passion, le moment me sembla interminable. Mon corps s’échauffait, c’était un souvenir familier. Le désir montait en moi, j’avais envie de plus comme Syméris l’aurait fait. On s’arrêta le souffle court

- Eh je crois que je vais reprendre ma place. Dis-je un gênée

Ce que je fis, puis je sonnai la cloche pour qu’on nous débarrasse. La dame en profita pour nous servir le thé comme la tradition se soit. Je la remerciai.

- Je suppose que tu as plein d’idée pour la suite. Dis-je

J’en avais également beaucoup en tête et pas catholique. Je précisai, je sais pour quelle obscure raison.

- Personnellement, je n’ai rien demain, mais mon appartement n’est pas tout proche, j’ai une bonne heure de trajets en métro.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mer 10 Mai - 21:16
Lorsque je lui dis ce que j’avais sur le cœur, je ne m’attendais pas spécialement à avoir une réponse de ce genre. J’étais assez déçu en fait, bien qu’elle s’excusait et disait ne pas vouloir être déçue elle, j’aurai peut-être dû ne pas trop en dire et rester sur la réserve aussi. Alors qu’elle me disait ça, elle me caressait la main puis vînt se mettre à côté de moi. Elle me parla alors de ma proposition de visiter mon pays.

« Je serais très heureux de t’accueillir chez moi, le temps que tu souhaiteras pour tes vacances. Tu verras la Suède est un très beau pays. »

Puis, ce que j’attendais depuis le début de la journée, arriva enfin, c’est elle qui m’embrassa. Ce baisé était merveilleux, fantastique, plein de passion. Sur le coup, elle s’approcha beaucoup de moi, laissant sa main caresser mes cheveux, mon cou. Je voulais laisser aller ma main sur son corps, pour le couvrir de caresse, mais ce n’était pas adéquat. Quand ce baisé s’arrêta je pouvais lire dans ces yeux, une folle passion, une envie bien plus grande. Mais je n’étais pas sur de ce que je voyais et je ne voulais pas faire des propositions. Je ne voulais pas avoir l’air lourd à nouveau.

Elle se remise à sa place et demanda qu’on vienne débarrasser la table. Puis elle me demanda si j’avais des idées pour la suite. Oui, mais la suite de quoi ? De la soirée ? Du repas ? Des vacances ? Car là, oui j’avais bien des idées, mais ça ressemblais beaucoup à lui faire l’amour dans cette pièce. A lui demander de rejoindre les bains et à unir nos corps dans l’eau. Mais, elle ne me laissa pas le temps de répondre et donna plus de précisions.

« Bah tu sais, tu m’as dit être timide et réservée, du coup, je n’ai pas de grands espoirs sur le fait de finir ma soirée avec toi dans un lit, si c’est ça ta question. Maintenant, si tu as une idée de ce que nous pourrions faire, je te suis sans aucune hésitation, dans certains pays, il y a des fêtes foraines, des cinémas, des cafés, des boites de nuit, je suis ouvert à faire ce que tu veux. Et si tu ne veux rentrer que demain matin, je peux te prêter mon lit dans l’hôtel et je peux aussi dormir sur le canapé. Je n’ai pas envie de bruler les étapes qui te semblent nécessaires. »

Sur le coup, j’écoutais ce qu’elle me dit et pris mon thé avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Jeu 11 Mai - 13:31
Je ris machinalement, il était si mal adroit pour répondre à mon interrogation que cela en était mignon et amusant.

- En tout cas c’est directe…. J’ai peu d’espoir de te voir dans mon lit. Ca au moins c’est clair sur tes idées. Lui dis-je amusée
- Tokyo est une ville qui ne dors jamais donc oui, il y a un million de truc possible : salle de jeu, club, karaoké, bar, thermes… C’est également une ville très libre aux niveaux d’œuvres enfin quand on compare à l’Europe. Juste petite précision, je te déconseille les thermes ici… les japonais les prennent nus. Suivant les lieux s’est mixes ou pas. Enfin, je te déconseille, tu fais ce que tu veux, mais moi je n’y arrive pas.


Je savourais mon thé

- Seule chose qui va être dur en quittant ce pays, c’est le thé… Dis-je

Il n’avait pas de comparaison dans le monde, c’était vraiment ici les meilleurs.

- Bon si tu veux, on peut se promener dans le parc puis tranquillement retourner à ton hôtel. On se rejoint vers 14h pour du tourisme.
- Juste une précision, ne mange pas trop à midi. Lui dis-je


Après une bonne demi-heure, la dame revient pour savoir si on voulait encore du thé. On lui demanda juste l’addition, elle nous la fournit la somme fut de 54,52 N$.

- Alors ? Demandais-je pour avoir son avis sur le prix et le lieu

Je remarquai qu’il nous restait notre verre de Saké

- Tu ne bois pas ? Dis-je. Peut-être auras-tu un belle apparition !

Dans les verres de saké, il y avait des trompe-œil lorsqu’on versait le liquide dedans, on pouvait y voir une femme ou un homme nu.

Une fois qu’il ait réglé la note, nous primes la direction du parc en récupérant nos chaussures, au passage. Il faisait nuit mais quelques lanternes nous éclairaient le chemin. On se tenait la main telle des amoureux. Après avoir parcouru le jardin, il fallait qui retourne à son hôtel. Arrivé devant, nous nous embrassâmes longuement. On se dit au revoir et je pris la direction du métro.

Arriva chez moi je m’écroulai dans mon lit, plein de rêves et de souvenirs. Mya pendant tout le repas m’avait harcelè sur mon comlink. Je pris quand même la peine de répondre avant de m’endormir : « magique… romantique… ET SAGE ». Rajoutant le dernier mot pour anticiper son commentaire.

Le lendemain, je me levai à une heure correcte (9h30), le déjeuner se serait également mon repas de midi sachant ce que j’avais prévu. Je pouvais profiter de toute ce temps pour être sublime mais pas trop. J’avais opté pour une robe gitane à courte manche, colle droit, de couleur violette. Accompagné des sandales confortables, un gilet pour la fraicheur de la saison et un grand sac à main. C’est la coiffure qui me prit le plus de temps. J’avais regardé plein de tuto sur le net. J’avais choisi un chignon tressé avec une fleur blanche dans les cheveux.

Je partis un peu en avance pour être à l’heure à l’hôtel.

Arrivée sur place, je demandai le numéro de chambre à la réception et allai frapper à la porte.

- Bonjour, bien dormi ? Demandais-je

Je n'osais pas trop l'embrasser devant sa fille. On discutait donc un peu avant de se mettre en route tous les trois pour le métro. Ils essayèrent de savoir où nous allions.

- C’est un peu à l’extérieur du centre-ville, dans les quartiers plus anciens. Dis-je sans plus

Je voulais vraiment que cela soit une surprise. Le métro de la ville était en hauteur donc on avait une vue imprenable sur les bâtiments verdoyants. Notre arrêt était dans un quartier un peu plus sombre entre la grande métropole et les quartiers résidentiels. Il était déjà presque 15h.

- Bon là ferme les yeux et donner moi votre main. Dis-je quelques rues avant d’arriver. On pouvait déjà sentir l’odeur des grillades et les soupes épicées. On entendait également le bruit de la foule et des marchands.

Je les plaçai en plein dans l’entrée de cette grande rue linéaire.

- Ouvrez

Devant des dizaines échoppes types de nourritures : grillade, ramené, poisson, insecte, fumé, sécher… Il y en avait pour tous les goutes chaque échoppe avant sa spécialité et ne faisait que ça.

- J’espère que vous avez encore faim. Dis-je

Il n’y avait bien sûr pas que cela. Il avait d’autres marchants plus exotiques qui vendaient des boissons, des épices et des plantes.

J’espère vraiment que cela allait leur plaire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Ven 12 Mai - 19:03
Le reste de la soirée se passa d’une manière tout à fait romantique. Elle m’avait prévenu de peu manger à midi le lendemain, je lui faisais confiance et c’est ce que je ferais. On s’embrassa devant mon hôtel, puis je retournai dans ma chambre. Ionisa était en train de jouer et directement elle s’arrêta quand j’ouvris la porte.

« Alors ? »

« Alors quoi ? »

« Bah tu ne l’a pas ramené ici pour baiser ? »

« Le romantisme, la passion, le désir de conquérir son cœur, ça te dit quelques choses ? »

« Elle est jeune, elle devait sûrement s’attendre à un truc plus hot, qu’un restaurant et un bisou bisou. »

« Demain, elle nous fait visiter des endroits typiques, soit prête à midi et évite de jouer jusqu’au lever du soleil. Bonne nuit. »

Elle me souhaita une bonne nuit aussi, et je me dirigeai vers ma chambre, je pris une longue douche et je repensais tout le temps à cette journée. Est-ce qu’Ionisa avait raison et elle attendait quelques choses d’autre ? Je ne savais pas, dans le doute, je préférais croire mon intuition et me dire que j’avais très bien fait.

Le matin je me levais normalement vers 8h, Ionisa dormait sur le canapé de la chambre, des chips grignotées un peu partout et des bouteilles de soda ouvertes. Je fis un peu de rangement tout en essayant de ne pas la réveillé. Il fallait dire qu’il aurait pu y avoir une explosion dans la chambre qu’elle n’aura pas quitté le pays des rêves. Après ce rangement, je m’habillai en chemise, t-shirt, jeans et descendit prendre mon petit déjeuné. Je ne mangeai que le strict nécessaire, puis remonta dans ma chambre. Ionisa commençait à se réveiller. On parla un peu de son nouveau jeu et me demanda à plusieurs reprises ce qui était prévu pour la journée. Je la prévinsse qu’il fallait manger de façon honnête, car c’était sûrement une visite gastronomique. A midi elle fut enfin prête.

A l’heure prévue, Mélinda frappa à la porte. Ionisa sauta sur la poignée pour lui ouvrir et commença déjà à l’assommer de questions. Quand elle s’approcha de moi, elle me fit un léger baisé, juste pour dire que. Hum, ça commençait mal, elle gardait un mauvais souvenir d’hier.

« Oui très bien et toi ? »

La discussion s’orienta alors, sur les visites de cette après-midi et Ionisa fit clairement comprendre qu’elle aimerait beaucoup visiter des lieux de geek. Nous nous mîmes en direction du métro et nous rendîmes à l’endroit qu’elle avait sélectionné. Une fois sur place, Mélinda nous demanda de fermer les yeux et de lui faire confiance.

« Moi je te fais intégralement confiance. »

Les odeurs de grillades et de cuissons étaient en train de monter dans nos narines. Effectivement, nous étions dans une rue d’échoppes gustatives. Il y avait de tout, soupe, insecte, ramen, nouille, grillade, etc …

« Papa, je sens qu’on se faire exploser le bide. »

Je rigolais à l’attendre. Elle aimait bien manger, même si sa morphologie faisait en sorte qu’elle garde une fine taille. Je pris Mélinda par la main et me mis en direction de la première échoppe, c’était un vendeur de poisson grillé.

« Moi je veux un plat 4, un 6 et un 8. »

« Moi je commencerais par un 5 et un 3. Et toi Mélinda ? »

Nous restions sur les chaises hautes au-devant de l’échoppe.

« Alors, tu comptes venir en Suède un jour ? Tu préfère que je te vouvoie ? Je peux t’appeler Mélinda ? Et sinon tu aimes bien les mangas ? Moi j’ai lu Night Shot of the Dead dernièrement et c’était vraiment cool. »

Ionisa commençait déjà à l’assommer de questions.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Ven 12 Mai - 20:26
Dans la rue, la plupart des plats étaient à emporter.

- Laissez-en pour les autres stands. Dis-je en entendant Ionisa commencer beaucoup de chose.


J’étais ravie que cela leur plaise.

- Je suis contente que mon choix vous plaise.

Lorsqu’il me demanda ce que je vous leur précisai que je me réservais pour la restauration. Ionisa me questionna ce qui est normal.

- Je ne sais pas si je viendrais en Suède, cela dépendra de ton père et de l’évolution de notre relation.
- Tu peux m’appeler Méli.
- Les mangas, je ne suis pas un experte dans le domaine, j’aime mais sans plus.

Il savourait leur plat et bien sûr prenait à emporter dans les autres.

- Ne vous rendez pas malade après leur dixième dégustation.

Je leur informai également que ce n’était pas toute la visite. Je les conduisis dans une sorte de galerie. Dedans il y avait, des petites boutiques, des masseurs ambulants et un immense commerce d’herboriste. J’entrai sous le tintement d’une cloche.

- Bonjour Monsieur Ishizaki. Dis-je en crossant le regard du gérant


Il y avait des milliers de bocaux avec des choses étranges : animal, végétal, poudre, liquide visqueux…

- Voilà vous êtes dans mon univers, ici.
- Actuellement, j’étudie pour pouvoir utiliser ces remèdes pour soigner les gens. Dis-je


La boutique était divisée en deux, il y avait une deuxième salle, où les gens pouvaient savourer les remèdes.

- Avec ces plantes où peut résoudre tous les soucis. Par exemple celle-là est connue pour donner des boutons mais étrangement, elle soigne la varicelle.
- Et ça ? Dit Ionisa. En montrant un bocal avec des organes dedans
- C’est de la prostate de serpent, cela lutte contre l’impuissance. Dis-je amusée par sa grimace. Je te rassure, on n’est pas obligé de la manger comme ça. On peut également, le prendre en poudre.
- Il y a aussi d’excellent thé ici ou infusion. Dis-je. Vous voulez-en gouter ? Demandais-je


Les prix de certains produits étaient hallucinants. Ceux-là, je les connais peu car je n’avais pas les moyens de les utiliser. Je les invitai à me suivre dans l’autre salle. Le gérant qui était également un de mes professeurs, nous rejoins.

- Que puis-je faire pour vous ? Dit-il
- Nous aimerions une infusion qui nous correspond. Dis-je
- Hum je vois.

Il prit la main de chacun d’entre nous puis en mis une sur le front et le vendre. Je rassurais mes invités.

- Je vois que Monsieur aime manger, mangé très mal… Votre foie est en souffrance. Je sais ce qu’il vous faut. Tisane d'artichaut, fumeterre, pissenlit, Anis vert et Fenouil. Dit-il en la composant
- Madame, petit soucis émotionnel, stressée on dirait. Tisanes d’Aubépine, Lavande, Passiflore, boutons de Roses et Mélisse.
- Et la jeune fille… Où il y a beaucoup de chose qui ne font pas… mal mangé, mal dormir, organisme dérégler. Marjolaine - Oranger pétale - Passiflore - Mélisse feuille - Coquelicot, Romarin et Fenouil

Il mit tout cela dans une théière, une par personne et nous servie une fois que cela fut prêt.

- Bonne dégustation. Nous dit-il en se retirant

Nous étions installés à une table. Après j’avais prévu d’aller dans le parc juste derrière le bâtiment, il y avait des cours de yoga et de tai chi. C’était impressionnant à voir des dizaines voire des centaines de personnes coordonnés ensemble dans un même mouvement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Sam 13 Mai - 16:54
Sur le conseil de Méli, on commanda beaucoup à emporter et peu à manger sur place. Ionisa ne se priva quand même pas pour manger le plus possible.

« Ne vous rendez pas malade après leur dixième dégustation. »

« Non, mais il n’y a pas de risque Méli, j’ai un ventre en béton armé. »

Puis, elle nous mena dans une galerie ou il y avait plusieurs masseurs et herboristes. Nous rentrions alors dans l’un d’entre eux. Il y avait plusieurs bocaux et des pots. Mélinda nous expliqua qu’elle étudiait pour apprendre à utiliser le tout dans des concoctions médicales. Ionisa en profita même pour poser des questions sur ce qui se trouvait dans certains bocaux. Nous passions ensuite dans la seconde salle afin de prendre un thé.

« Je vois que Monsieur aime manger, mangé très mal… Votre foie est en souffrance. Je sais ce qu’il vous faut. Tisane d'artichaut, fumeterre, pissenlit, Anis vert et Fenouil. »

« Non, mais ce n’est pas que je mange mal, c’est que je n’ai … »

« Madame, petit soucis émotionnel, stressée on dirait. Tisanes d’Aubépine, Lavande, Passiflore, boutons de Roses et Mélisse. »

« Et la jeune fille… Où il y a beaucoup de chose qui ne font pas… mal mangé, mal dormir, organisme dérégler. Marjolaine - Oranger pétale - Passiflore - Mélisse feuille - Coquelicot, Romarin et Fenouil »

« Hey, j’ai une vie active moi. Ce n’est pas un dérèglement. Et puis je ne vais pas manger tout ça non plus, la moitié ça à l’air dégueu. Et les coquelicots c’est des fleurs, pas de la nourriture. »

Je rigolais en écoutant la justification d’Ionisa, bien sûr que si qu’elle avait une vie peu saine. Le gérant non ramena les thés.

« Non mais je te jure, j’ai une vie parfaite moi. Avec papa on est dans le top Europe PVE pour World of Terahammer, on doit forcément vivre un peu en décalage. Et moi je vise de rejoindre la team I’m a PGM Girl comme soigneuse de premier tier. J’ai envoyé ma candidature et j’ai un entretien le mois prochain. »

« Mais tu dois finir tes études en premier lieu. »

« Oui papa je sais, mais imagine que j’ai une place dans leur roster, il s’agit quand même d’une carrière pro là. Être payé des millions pour faire du stream et des compêt’s, ça serait le rêve. »

« Ionisa, tu ne pourras faire tout ça qu’à tes 18 ans, pas avant. Et j’aimerai bien que tu es ton diplôme. »

« Et toi Méli tu en penses quoi ? Tu pourrais faire partie de la plus grande guilde girly au monde, tu ne stopperais pas tes études pour ça ? »

Je soupirai et j’espérais qu’elle n’allait pas soutenir Ionisa dans ce délire.

« Ionisa fait des études en illustration, c’est la meilleure de sa classe. »

« Bien sûr que je suis la meilleure, je suis la meilleure dans tous ce que je fais. L’illustration, le gaming, j’ai aussi la plus grande côte sociale sur les réseaux. Je ne me vois pas être moins que la meilleure. »

« Je te rassure, le côté compétitif, elle le tiens de sa mère, pas de moi. »

Le thé était très bon, une fois qu’il avait un peu refroidit.

« De toute manière, il ne te reste que deux ans pour ton diplôme et après si tu veux faire une spécialisation, ce n’est que trois ans. Tu auras 21 ans, ça sera parfait pour commencer à entrer dans la vie active. Et là, tu pourras commencer à faire du streaming en vr. »

« Tu imagines, 5ans, 5ans c’est énorme, c’est une éternité 5 ans, tu imagines tous ce qui peux arriver pendant ce laps de temps. Puis on ne commence pas une carrière pro à 21ans. »

« Et je pense que Mélinda, aimerait bien que la discussion soit plus calme, tu as prévu quoi après cette petite pause thé ? »

En lui disant ça, je lui pris la main pour la caresser.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Sam 13 Mai - 17:50
Durant notre dégustation, Ionisa parla de son avenir.

- Ben je dois te dire que je suis plutôt d’accord avec ton père. Même si tu arrives à être une pro… cela ne dura pas, il y aura toujours au bout d’un moment quelqu’un de plus fort que toi. As ton âge aussi j’aurai pu espérer rentrer dans une guilde pro ou semi pro. J’étais même dans une guilde bien coté en PVP. Mais voilà, ma mère est tombée gravement malade et j’ai dû m’occuper à force de ne plus jouer, j’ai perdu mon niveau. Si je n’avais pas eu un diplôme, comment aurais-je pu payer les factures ? Payer les soins de ma mère ? Car comme tu l’imagine, j’ai été vite remplacée dans la guilde et j’étais healer comme toi. C’est pourquoi actuellement, je n’ai plus de guilde car je ne suis pas assez présente.
- La vie virtuelle peut partir très vite si on est plus brancher pour une raison ou l’autre.
- Connais-tu des pro de plus de 5ans de carrière ? Tu sais les millions ça peut partir vite si on gère mal. Puis l’équipement n’est pas donné.


J’étais à côté de Wod, ma main s’était posée instinctivement sur sa jambe, montrant mon amour et mon soutient.

- Après cette dégustation d’infusion pas de thé. Corrigeais-je. Nous allons passer de l’autre côté du bâtiment

Une fois fini, je payai et nous traversions les galeries, la sortie était juste à côté d’une boutique ésotérique. L’ésotérisme était aussi de mes passions surtout quand j’avais l’âge de Ionisa. Il y avait de beaux bijoux et pierres en vitrine. Une attira mon regard, je me penchai pour voir de plus prêt. C’était un bracelet en argent avec des torsade et du lierre, sertie d’une agate rose. Je ne fis aucun commentaire.

- Vous voulez y aller vous pouvez, moi j’entre plus ce genre de lieu mon porte-monnaie en souffre. Dis-je en les attendant à l’extérieur.


Nous sortîmes de la galerie pour nous retrouver un dans un parc verdoyant et colorer dans la pelouse, il y avait des gens qui faisaient de mouvements lents et coordonner.

- C’est du Tai chi. Précis-je

Durant notre balade dans le parc, je tiens la main de Wod comme si de rien était.

Il y avait des ponts et lacs traditionnelles, il y avait également de statut symbolisant les croyances ou les légendes locales. Dans Ionisa s’éloigna un peu de nous, je murmurai à l’oreille de Wod

- J’ai très envie de vous embrasser mais je n’ai pas envie d’entrer en conflit avec ta fille. Dis-je

Lui ne se pria pas pour le faire. Il attendait cela depuis un bon moment. J’avais vraiment peur de la réaction de sa fille. Elle ne me portait vraiment pas dans son cœur, je ne voulais pas mettre le feu au poudre.

Ionisa se moquait un peu des gens en essayant de reproduire maladroitement leur geste. Nous passâmes une bonne journée. Leur donnant des anecdotes de sur certaine statue. Nous étions dans un quartier ancien qui était réputé pour être un lieu de soin et de bien être dans le temps, il y avait des nombreux guerriers qui vivaient dans cette zone. Vers 18h, nous repassions par la rue gastronomique pour reprendre le métro. Les deux gourmant ne se privèrent pas pour prendre des réserves. Nous nous quittions donc à leur arrêt. Nous nous embrassions pour nous dire au revoir, un simple baiser plein de tendresse.

- Bonne nuit, je suis désolé je dois rentrer, je me lève tôt demain.
- Demain, je ne pourrais pas venir, je suis en cours jusqu’à 19h. Je suis désolée. Lui dis-je tristement.

Je repris mon train tristement en les regardant s’éloigner. Dans le métro, je pleurais presque le cœur déchirer de ne pas en avoir plus profité. Je voyais deux amoureux en lasser, devant moi. Je me tournai pour le paysage mais je ne pensais qu’à lui. Je sortir du trame bien avant mon arrêt pour faire demi-tour.

Une heure s’était écoulé depuis que j’avais quitté Wod. Je retrouvai devant son hôtel. Je soupirai pour prendre mon courage à deux mains et frapper à la porte qui était à présent devant moi. Je ne savais même pas s’il était avec sa fille où pas. Je n’entendais pas de bruit, il ne discutait pas avec elle déjà. Je frappai à la porte…

Il ouvrit et je restai planté là sans savoir quoi faire… J’avais qu’une envie l’embrasser.

- J’ai pensé qu’on pourrait passer la soirée ensemble… de toute façon en rentrant, j’allais regarder un film. Dis-je maladroitement.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Dim 14 Mai - 20:44
Une fois le thé terminé, Mélinda nous emmena voir des cours de Tai-Chi. Lorsqu’elle m’avoua avoir peur de m’embrasser devant ma fille, je lui montrais qu’elle avait tort tout en l’embrassant longuement. Puis, à la fin de la journée, il fallut se quitter pour ce soir, elle m’embrassa devant l’hôtel et me dit :

« Bonne nuit, je suis désolé je dois rentrer, je me lève tôt demain. Demain, je ne pourrais pas venir, je suis en cours jusqu’à 19h. Je suis désolée. »

« Tu n’as pas à être désolée. Tu as des responsabilités, des choses à faire et surtout tu n’as pas d’obligation par rapport à ma présence. On se verra après-demain si tu veux. »

Je la regardais partir et ne me décida à rentrer que quand elle n’était plus en vue. Ionisa m’attendait dans le hall de l’hôtel.

« Papa, franchement, tu aurais dû lui dire de rester. Vous êtes adultes, y’a pas de mal à ce que vous baisiez ensembles. Appelle là, dis-lui de revenir, invita là le reste de la semaine ici. Elle pourra louper ces cours. »

« Non Ionisa, justement je suis adulte, je comprends qu’elle a des cours et qu’elle n’a pas la possibilité de rester avec nous. »

Je remontais dans la chambre et mis dans le frigo ce que nous avions acheté, puis je fis un peu de rangement sous les paroles de ma fille qui voulait m’apprendre à y faire avec les femmes. Je dû à un moment lui dire d’arrêter car j’en avais marre de ces conseils d’ado. Je me mis alors en direction de la salle de bain et fit couler un bain bien chaud avec de la mousse. Je voulais un peu de calme, de repos et pouvoir penser à Mélinda simplement sans m’entendre dire que j’avais merdé.

Soudain, quelqu’un frappa à la porte, Ionisa n’allait pas ouvrir car après que je l’avais envoyé chier, elle était partie s’enfermer dans sa chambre avec une partie de la bouffe et des jeux. J’ouvris la porte et je vis Mélinda qui était là. Sur le coup, je ne savais pas quoi dire.

« J’ai pensé qu’on pourrait passer la soirée ensemble… de toute façon en rentrant, j’allais regarder un film. »

Quel qu’en soit la raison, j’étais ravi de la voir ici. Je m’approchai d’elle, mis mes mains autour de son visage et l’embrassa longuement. Puis je lui proposai d’entrer. Je me dirigeai vers la salle de bain pour couper l’eau du bain avant que ça ne déborde.

« Tu as bien fait de venir, je n’avais pas grand-chose à faire non plus et … et … et je t’aime … tu m’as manqué dès que tu as quitté mon champ de vision. Et … tu es la bienvenue ici. Je suis désolé, je me faisais couler un bain et du coup j’ai mis un peu de temps avant de venir ouvrir la porte. Et … »

Je réfléchissais aux paroles d’Ionisa, nous étions adulte, et elle avait le droit de refuser ma proposition si jamais elle trouvait que c’était trop tôt.

« Et … est-ce que tu voudrais prendre ce bain avec moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Lun 15 Mai - 18:13
Je fus assez surpris de la proposition, il était assez direct.

- Eh ah… à…. balbutiais-je


J’entrai, je savais plus vraiment où me mettre. A quoi je pensais en venais ici ? Frapper à la porte d’hôtel d’un homme qui espérait bien des choses. J’étais devenue toute rouge. Il m’embrassa pour me rassurer, un long baiser. Cela a eu l’effet qu’il espérait puisque cela m’échauffa.

Je pris une grande respiration pour dire ce que je pensais de tout cela.

- Le bain ne me dérange pas, mais je pense qu’on ne se connaît pas assez pour aller aussi loin sans protection. Lui fis-je remarquer.

Il essaya alors de s’expliquer.  

J’étais stressée. Puis merde quoi ! J’avais 28ans, je n’étais plus une adolescente, cela faisait 10ans que j’avais plus de relation. Je n’en profitais maintenant quand je serais ?

- Un bain moussant, tu dis… Donc j’entre un 1er puis tu viens en slip. Ok ?

On était d’accord et c’est ce qu’on fit, la mousse cachait mon corps. Lorsqu’il entra dans la grande baignoire avec moi, je pus admirer son corps. Musclé au niveau de pectoraux, pas de tablette, jambe de cycliste un corps comme il faut. Je demandais comment il pouvait avoir cette ligne avec tout ce qu’il mangeait de mémoire, je n’étais pas au courant qu’il faisait du sport.

- C’est rare de nos jours, d’avoir des hôtels ou des demeures avec une baignoire. Généralement au Japon, les bains sont publics. La plupart de nouvelle construction n’ont qu’une douche. Tu as eu de la chance.

- Sinon ta fille n’a pas trop râlé de cette journée… Demandais-je.

Imaginais qu’après mon départ, sa fille devait m’avoir dénigré ou en tout cas, la journée.

- Je suis désolé pour les prochains jours, on ne pourra pas se voir, je suis toute la semaine en cours. Et à chaque fois, je rentre vers 19h. C’est pourquoi certain jour, tu ne me vois pas connecté dans la matrice. Ca va devenir de plus en plus compliquer avec les examens qui arrive.

Je parlais pour essayer de masquer mon malaise. Il avait bien compris puisqu’il me proposa un massage et me demanda de m’approcher de lui.  J’acceptai, il n’était pas si mauvais masseur, peut-être un peu trop tonique.

Quand fut trop froide pour nous deux, nous primes la décision de sortir. Lui en 1er, moi une fois qu’il fut sortir de la salle de bain. Il avait été étonnamment sage et je le remerciais pour cela dans mon cœur. Nous portions tous les deux un peignoir de l’hôtel, j’avais quand même remis mes sous-vêtements. Il attendait sur le lit, la tv allumée. Vu son regard, il était surpris que je ne me sois pas directement rhabillée.

- Tu restes combien de temps encore ? Lui demandais-je


Je m’installai à côté de lui. Nous étions collé à regarder un film de son choix. A vrai dire, je n’avais pas l’impression qu’il était concentré sur la télévision, tout comme moi. A force de se regarder dans le blanc des yeux, nous embrassâmes, ce baiser durant longtemps, échauffant nos corps. Avec la passion, ne peignoir avait glissé, je dévoilais donc une lingerie rouge avec juste un peu de dentelle sur les bords. On se laissait, rien que nous et nos sentiments.

- Et ta fille ? Dis-je dans un soupire.

Je sentis qu’il hésitait par moment, comme si il ne voulait pas me blesser. Mais je fis taire avec un doigt sur la bouche et des baisers. Il ne fallait pas que je me mette à réfléchir sinon cela allait tout gâcher. J’étais trop cérébrale, je devais me laisser aller à mes sentiments et mes sensations.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mer 17 Mai - 9:25
Je voyais qu’elle n’était pas à l’aise avec ma proposition. Je n’aurai pas dû lui proposer. Je me rendis vers elle, pour l’embrasser et lui montrer que je l’aimais. Mais, ça n’eut pas l’effet que j’aurai pensé. Elle me parla alors de protection.

« Ah mais non, ce n’est pas ça, je pense juste passer un moment de détente, je ne cherche pas à faire plus que ça, je peux garder un short ou un boxer si tu veux. »

« Un bain moussant, tu dis… Donc j’entre un 1er puis tu viens en slip. Ok ? »

« Oui ça me convient, faisait comme ça. »

Elle entra dans la salle de bain en première et j’en profitai pour enlever mes vêtements. Mais pourquoi est-ce que tu lui as demandé ça ? Pourquoi est-ce que tu lui as fait cette proposition ? J’entrai à mon tour dans la salle de bain après quelques minutes, lui laissant le temps de s’installer à son aise. Elle avait caché son corps dans la mousse. Heureusement la baignoire est assez grande pour nous deux sans que nous devions à nous chevaucher l’un l’autre. Elle me parla alors de la rarification des grandes baignoires dans les hôtels.

« Avec mon travail, j’ai pris un abonnement dans une grande chaîne d’hôtel et j’ai ma configuration automatiquement enregistré, quand je réserve, ils me trouvent une chambre la plus proche de mes choix. Donc, je dois t’avouer que j’ai toujours plus ou moins une chambre de ce type, sauf que là, il y a deux chambres séparées pour que ma fille puisse venir avec moi. »

« Sinon ta fille n’a pas trop râlé de cette journée… »

« Non ça va, elle m’a avoué qu’elle t’appréciait de plus en plus, elle te trouve originale et elle arrête pas de me faire la morale que ce n’est pas comme ça que l’on convoite un cœur de nos jours. »

Elle me parla alors de ces cours et de ces examens qui vont arriver bientôt.

« Ce n’est pas grave, je comprends, tes études passent en priorité. »

Elle semblait vraiment très mal à l’aise. Sur le moment je lui dis sans vraiment trop réfléchir.

« Tu sais, je suis un très bon masseur, enfin de ce qu’on m’a dit. »

Mais putain, tu es con, bien sûr qu’elle va refuser, elle est déjà mal d’être dans ce … quoi ? Elle accepte. Je mis mes mains sur ces épaules pour commencer à la masser, je voyais la mousse qui s’enlevait peu à peu et qui avec cette position, me donnait une vue assez exquise sur ces formes. Quand le massage fut terminé, j’aurai eu tellement envie qu’elle se retourne pour m’embrasser, mais non. Lorsque l’eau fut trop froide, je sorti de la baignoire, pris un peignoir et sorti de la salle de bain. Je me changeai comme je pouvais dans ma chambre puis je me mis dans le canapé en l’attendant. Elle vînt alors me rejoindre, en sous-vêtements sous son peignoir. J’étais très surpris. Je pris un film assez banal au pif et fit semblant de la regarder.

« Nous repartons samedi prochain, notre avion part dans la nuit de samedi à dimanche. Le temps de faire le trajet et qu’Ionisa se repose un peu avant de reprendre les cours lundi. »

A force de ne pas regarder le film et de ne regarder que l’autre, nous nous embrassions, d’un très long baisé. Elle s’approcha encore plus de moi et son peignoir s’ouvrit, laissant voir une magnifique lingerie.

« Il n’y a pas de risques, elle est dans sa chambre, et la connaissant elle ne risque pas d’arrêter sa soirée gaming et chips. Mais si tu n’as pas … enfin si tu as peur qu’elle nous voit nous embrasser on peut … »

Elle me mit alors le doigt sur la bouche. Puis ces lèvres rejoignirent les miennes quelques secondes après. Ma main se perdit dans ces cheveux et ce baisé fut bien plus long que tous les autres. Quand ma bouche quitta la sienne, je me mis à lui embrasser le cou tendrement, sa peau était chaude, parfumée et tellement parfaite. Avec les baisé, mon peignoir c’était aussi ouvert et je senti une de ces mains sur mon torse. J’arrêtai de l’embrasser et la regarda dans les yeux.

« Je t’aime. »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mer 17 Mai - 14:14
Nous profitions de ce moment, il n’y avait que nous : son odeur, son gout, son toucher… Ce n’était pas la même chose dans la matrice. C’était ici bien plus enivrant. Il me fit encore sa déclaration d’amour, instinctivement, de tout mon cœur, je lui répondis dans un soupir.

- Moi aussi je t’aime

Je l’embrassai dans le cou, lui suçant et le lobe aussi. On pouvait dire que la tisane de cette après-midi avait fait son effet. J’avais totalement lâché prise. Wod ne put masque son excitation, moulant ce qu’il fallait pour le deviner. Dans les jeux, les membres des personnes étaient dans la moyenne, lui ne devait certainement rien leur envier, la nature avait été généreuse à 1ère vue.

Il était toujours aussi nerveux mais pourquoi ? Ce n’était pas ce qu’il avait envie… N’arrêtais pas de vouloir s’assurer de ce que je voulais et je n’arrêtais pas le couper avec des baisers.

- Tu me demande encore une fois, si je suis sûr, je me rhabille et je m’en vais. On est deux adultes consentent qui s’aiment, quoi de plus naturel.

Comme si Syméris me possédait, je le chevauchai et l’embrassai sauvagement. Nos corps se frottant l’un à l’autre. Les peignoirs ? Quels peignoirs ? Ils avaient disparu depuis longtemps. Je serais certainement fatiguée pour aller en cours mais tant pis, ce n’était tous les jours où je vivais une telle aventure.

Monsieur commençait à comprendre, il prenait l’initiative de me retrouver mon soutien-gorge. Je n’étais pas généreuse, ni un œuf au plat, juste ce qu’il fallait. Et cela avait l’air de lui plaire, vu comme il s’en occupait. Je vis dans son regard qu’il avant encore des doutes. Je le regardai droit dans les yeux.

- J’ai envie de toi, c’est claire non. Ca fait 10ans que j’ai pas baisé en réel. Je te demande qu’une chose…Dis-je d’une voie autoritaire


Lui m’écoutait attentivement

- Fait moi voir le 7e ciel. Dis-je amusée et excitée


Il ne fallut pas lui dire deux fois.



Lorsque les choses allèrent plus loin, il fut prudent et pris ce qu’il allait

- Je vois que t’avait prévu le coup. Lui dis-je amusée

Cela le stoppa un peu dans son élan, voyant cela, je pris les choses en main et lui enfila la protection avec grand soin.

- Je crois que maintenant nous sommes prêt, je suis toute à toi. Lui dis-je avec les yeux qui brillent.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mer 17 Mai - 20:11
Alors que je voulais la rassurer, m’assurer que c’était son choix, elle m’embrassait et se coller à moi. A un moment, elle me menaça même de partir si je continuais à lui demander. Après ça, elle se mit sur moi et continua de m’embrasser. Son entre-jambe se frottant sur mon sexe en érection, le tout caché par nos sous-vêtements respectifs. Je mis ma main sur l’accroche de son soutien-gorge et lui enleva. Ma bouche se porta immédiatement sur ces tétons, les suçant, les mordillant, les embrassant, je l’entendais retenir de petits gémissements. Elle m’ordonna alors, de lui faire oublier ces 10 ans de sagesses et de la faire monter au ciel.

Mon premier acte, après cette demande, fut de lui prendre la main et de l’emmener dans ma chambre. Okay, Ionisa avait très peu de chance de sortir de la sienne, mais j’avais une préférence pour éviter tous les risques. L’excitation, fit quand même que nous oublions la lingerie enlevée de madame et les peignoirs. Elle se mit alors sur le lit, me regardant droit dans les yeux. Je sortis un préservatif de mon sac et voulu le poser sur la table de chevet à côté du sommier, lorsqu’elle dit que j’avais bien préparé mon coup. Merde, non ce n’était pas ça, c’était au cas où. Je voulu dire quelques choses, mais elle me demanda de me taire, descendit mon boxer et enfila le préservatif. Le tout très délicatement, en me regardant dans les yeux. Elle se recoucha ensuite dans le lit en déclarant qu’elle était tout à moi.

Je montais dans le lit par le bas et posa mes lèvres sur ces jambes. Embrassant sa peau et remontant doucement vers son entre-jambe. Je déposai alors un baisé délicat à travers sa lingerie. Son corps était chaud et tremblant. A peine ma langue lécha son sexe qu’elle tressaille. Elle mit sa main dans mes cheveux et les caressa, me disant que c’était bon dans un gémissement à peine dissimulé. Alors que ma bouche embrassait le moindre centimètre de son anatomie, ma main fit glisser sa culotte comme je pouvais. Je n’avais plus l’habitude hors matrice, surtout que les vêtements étaient gérés numériquement dans cet univers. Ma main se posa alors sur son sexe, il était bouillant et très humide. Alors que ma langue léchait son petit bouton, un doigt entra en elle pour la doigter. Ces gestes faisaient leur effet, car elle se cambrait légèrement pour montrer son envie et son désir.

Ce doigtage accompagné de se léchage pris quelques petites minutes. Puis, remontant, ma bouche arriva à ces seins, alors que ma main continuait de s’affairer à son entre-jambe. Quand son téton entra en contact avec ma langue elle me griffa le cou. Puis de sa main, elle me fit monter la tête pour m’embrasser longuement. Je posai alors mon sexe contre le sien et je la sentais qui tentait de se frotter comme elle pouvait.

« Ce n’est pas très pratique si tu es en dessous. »

Elle me fit un sourire et me proposa de prendre le dessus. Sur le moment je lui refusé, la laissant dans cet état d’excitation, l’embrassant. Elle forçait alors pour prendre peu à peu le dessus, mais ici il n’y avait pas de magie ou de sort pour me retourner, et ce n’était qu’en lui laissant du terrain, qu’elle se retrouva au-dessus de moi à se frotter comme une diablesse.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Age réel : 28 Féminin


MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv) Mer 17 Mai - 20:40
Je devais avouer qu’il était doué, tout autant que son avatar. Il avait des doigts de fée et une bouche délicieuse. C’était vraiment mieux que dans la matrice… tellement mieux, le touche, le gout, les odeurs, la chaleur… Lors d’un cuni dans le jeu, il y avait pas vraiment cette sensation de succions, si la sensation de la langue humide. J’essayai de contenir mes cris, je ne voulais pas les voisins et surtout sa fille ne se doute de quoi que ce soit.

Lui susurra à l’oreille

- Ce n’est pas pratique que capote. Dis-je. Je vais devoir improviser.

En réaliser, je ne fis que le mettre en moi enfin essayer, je n’avais pas la main pour ça mais il m’aida volonté.

Je lâchai un petit cri, espérant qu’il ne soit pas trop fort. Je commençai à bouger, j’avais ma technique faisant des déhancher de tous les sens provoquant en même temps un frottement sur nos zones érogène. Je l’embrassai sauvagement, lui suçant la langue. Mon corps s’essoufflait assez vide, je manquais cruellement de pratique. Je le sentais tressaillir, je n’avais à 1er vue pas perdu la main. Comprenais que je ralentissais par fatigue, il reprit le dessus en se redescends faisant une position assise et m’aider dans mes mouvements. Nos lèvres ne se quittaient presque pas. Je le serais fort contre moi, son souffle caressant son coup, mes gémissements chatouillant ses oreilles.

- Je t’aime. Murmurais-je presque inaudible dans soupir


Une larme coula sur ma joue. Il s’arrêta net en le voyant.

- Ce n’est rien … Dis-je en l’essuyant.
- C’est l’émotion…tu fais tellement de bien. Répondis-je à son interrogation.


Nous décidâmes en accord de changer de position pour une plus confortable. Cela faisait longtemps pour tous les deux qu’on n’avait pas faire l’amour en vrai, donc nos corps n’avaient plus l’habitude. Je sentais qu’on allait être bien courbaturé demain.

Nous étions dans classique mais cela ne me faisait pas beaucoup d’effet à croire qu’il s’en est aperçu, il remonta mes jambes jusqu’à son coup. Je sentis alors au fond de moi, je lâchai encore un cri de plaisir et surprise. Je le redis, il est doué et la nature a été généreuse avec son corps, toute les partie de son corps…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Salon International de la Matrice (x) (pv)
Revenir en haut Aller en bas

Le Salon International de la Matrice (x) (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» Les Capois en rebellion pour leur aéroport international
» Tutelle ou tuteur international ?
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Sak caraibean international highway ?
» Le salon du chocolat à Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One-shot :: IRL :: IRL-